Menu

Sur la vague du nouveau Maroc

actualités de la région

Les acteurs du tourisme rural font le choix du travail en réseau et de la qualité

  • Écrit par La rédaction
  • Affichages : 5467

Face à la crise du tourisme, des solutions existent et des professionnels prennent des initiatives pour renouveler la manière de faire vivre leur métier au Maroc. Dans la région Souss Massa Drâa, le Réseau de Développement Touristique Rural (RDTR) a voulu relever le défi de la modernité : travailler en réseau, exiger la qualité des prestations, accompagner la professionnalisation du secteur. Hassan Aboutayeb, président du RDTR, accompagné de M. Kabbachi, enseignant à l'Université Ibn Zohr d’Agadir, étaient présents cette semaine à Zagora et Skoura pour organiser des ateliers de concertation avec les membres de ce jeune réseau en vue de l'élaboration d'une future charte de qualité. Une initiative porteuse de renouveau pour le tourisme dans la région Sud Est du Maroc.

Almaouja.com Pouvez-vous nous expliquer ce qu'est le Réseau de Développement Touristique Rural et pourquoi il a été créé ?

Hassan Aboutayeb - Le Réseau de Développement Touristique Rural (RDTR) est une association régionale créée il y a à peine 1 an et demi et qui a d'ores et déjà franchi d'importantes étapes. Cette initiative a pris rapidement de l'ampleur car il y avait une vraie demande au niveau des professionnels comme des institutionnels.

L'idée de base est de mettre en réseau les structures touristiques qui ont bénéficié du soutien du Conseil régional Souss Massa Draa. En effet, depuis 2005, le Conseil régional a mis en place un fonds pour soutenir la micro industrie touristique, surtout au profit des structures d'hébergement en milieu rural. L'idée de les mettre en réseau a pris de l'ampleur et nous nous sommes dits qu'il était pertinent d'impliquer non seulement les structures qui ont bénéficié de l'appui du Conseil régional mais aussi tous les acteurs qui opèrent dans le milieu rural. Le Conseil régional nous a ensuite soutenu financièrement dans cette démarche.

Le réseau opère dans les 9 provinces de la région. Il regroupe tout d'abord les hébergements mais aussi des associations professionnelles touristiques comme les pays d'accueil touristique, des associations d'aubergistes et autres associations professionnelles.

Almaouja.com - Combien de structures d'hébergements sont ainsi réunies au sein du réseau ?

HA - Le RDTR réunit aujourd'hui une quarantaine de membres en leur qualité de structures d'hébergement, mais comme nous avons aussi des membre qui sont des associations de professionnels, nous réunissons en fait indirectement bien plus de structures d'hébergement.

Almaouja.com - Quel est l'objet de votre présence aujourd'hui dans la région Sud Est ?

HA - Le principe même de notre réseau est de permette une concertation entre tous les acteurs touristiques opérant dans le monde rural et notre étape actuelle est la mise en place d'une charte de qualité qui puisse fonctionner comme un référentiel de qualité commun à tous les membres, en tant que condition d'adhésion au réseau bien sur mais surtout en garantie offerte aux clients, c'est-à-dire les touristes.

A ce jour, nous sommes donc en phase de concertation avec nos membres afin d'être certains que cette future charte de qualité soit construite par tous. Il s'agit d'un processus d'élaboration collective qui garantira une parfaite cohérence de cette charte avec les réalités de chacun.

C'est pourquoi nous organisons en ce moment des ateliers dans les provinces de Zagora, Ouarzazate et prcohainement Tinghir.

Hassan Aboutayeb du RDTRAlmaouja.com - Les critères de qualité de la future charte comprennent ils les éléments administratifs comme l'existence juridique des activités touristiques ?

HA - Oui sans aucun doute mais à ce stade, je veux redire que nous sommes au début de ce processus d'élaboration. Nous espérons boucler cette étape au mois de mars. Il faut savoir que nous travaillons déjà sur ce chantier depuis plusieurs mois avec un partenaire de taille, les Gîtes de France, organisation française qui a une grande expérience de 40 ans en matière de réseau et de label. Nous avons déjà réfléchi avec eux sur le contenu et les modalités de cette charte de qualité et maintenant nous confrontons nos travaux avec nos membres en vue de la tenue d'une prochaine assemblée générale du réseau qui devra valider la formulation définitive de la charte.

Almaouja.com - Quels sont vos partenaires principaux ?

HA - Nos partenaires sont donc le Conseil régional Souss Massa Drâa, le Ministère du Tourisme, la fondation Mohamed VI pour l'environnement, Gîte de France et les Conseils Provinciaux du Tourisme. Nous allons prochainement leur présenter le travail réalisé lors des différents ateliers de concertation.

Almaouja.com - Quelles sont vos relations avec les autorités locales et les Conseils Provinciaux du Tourisme de la région ?

HA - Cela dépend de chaque province mais nous avons en général de bonnes relations avec eux car notre projet, en tant qu'opérateurs touristiques de terrain, ne peut que participer au développement des territoires. Nous avons aussi de très bonnes relations avec les gouverneurs des provinces concernées.

Il faut savoir que notre réseau a reçu l'année dernière le Trophée nationale du tourisme responsable, ce qui est une reconnaissance de qualité dans la vie d'une association jeune comme la nôtre. Nous sommes très content de cette reconnaissance.

Almaouja.com - Votre réseau accueille-t-il aussi des hébergements chez l'habitant ?

HA - Oui, nous accueillons toute structure touristique dans le milieu rural légalement reconnue, ainsi que les associations professionnelles. Mais il est en effet important que nos membres soient de structures légalement reconnues car nous voulons encourager l'économie formelle en tant que gage de qualité pour notre réseau mais aussi pour l'image du Maroc.

Almaouja.com - Que pensez vous de ce découpage provincial des Conseils Provinciaux du Tourisme au détriment d'une harmonie entre ces territoires pourtant très liés d'un point de vue touristique ?

HA - Oui, il est temps aujourd'hui de fédérer tout le travail qui se fait de part et d'autre sur le territoire. Le touriste qui vient ici ne prend pas en compte les découpages administratifs et parcoure le Sud Est qui s'étend de Ouarzazate à Errachidia et Zagora en passant par les différentes vallées.

C'est un territoire homogène qui demande à tous les opérateurs de se réunir pour mener ensemble une vraie stratégie commune. Le nouveau découpage du ministère du Tourisme est une bonne solution mais tout dépend de la collaboration de chacun. La solution est de toute manière de travailler en réseau et comme nous sommes avant tout des opérateurs économiques, il faut que les mécanismes utilisés servent à faire marcher l'activité économique de chacun et de tous. Il est important d'avoir une vision claire et opérationnelle.

Le touriste est la raison d'être de notre métier

Almaouja.com - Ne pensez vous pas qu'il faille imaginer une nouvelle manière de gérer le tourisme dans notre région ?

HA - Il faut bien évidemment plus de synergie et il faut comprendre que les problématiques du tourisme doivent se traiter à un niveau régional afin de dessiner une cohérence entre tous les territoires concernés. Mais il faut être avant tout pragmatique et savoir que c'est le résultat qui compte. Quelles que soient les structures, Conseil Provincial du Tourisme ou autre, il faut que les acteurs membres de ces structures ressentent une plus-value concrète pour eux en matière de formation, de promotion, d'accompagnement, de défense de leurs intérêts. Sans ces résultats concrets, il n'y a plus de raison d'être pour ces structures. Il y a des Conseils Provinciaux du Tourisme qui fonctionnent bien d'autres moins bien. Il y a des Conseils Régionaux du Tourisme dynamiques et d'autres pas. De toute manière, tout est un problème de gouvernance. Et dans cette question de la gouvernance, il se pose la question de l'implication et de la place des acteurs directement concernés, c'est à dire les professionnels.

Pour conclure, il y a un point qu'il ne faut pas oublier car c'est le coeur de notre métier, à savoir le touriste. C'est lui, le touriste, la raison d'être de tout ce système. Et si on oublie cet acteur là, on se retrouve avec des stratégies pas cohérentes, avec des actions non rentables, des pertes de temps, des pertes d'argent énormes et du coup un faible taux de retour. Il y a en effet un malaise de ce point de vue là.

En savoir plus

- Le site du réseau : www.maroc-tourisme-rural.com

- L'actualité du réseau : www.facebook.com/groups/rdtrmaroc

 

A découvrir

Pour contacter la rédaction : notre formulaire en ligne ou Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Sur le web

Suivez
almaouja
La page facebook d'almaouja.com
Abonnez vous à la newsletter almaouja
Combien de jours dans la semaine ?
Nom :
Email :