Menu

Sur la vague du nouveau Maroc

Journal d'une femme qui sait lire

  • Écrit par Lahcen Bouguerne

C'est la fin d'une agréable et douce journée hivernale. La brise commence à souffler délicatement sur la plage. Seule, je marchais à petits pas timides sous le regard et la surveillance de mon père. Je compte mes pas comme une fillette sans m’apercevoir que je fais des kilomètres et des kilomètres. Le bord de la mer, je l’adore énormément ...

Lire la suite

Ecrire un commentaire (0 Commentaires)

Ce n'est pas grave, Paolo il y'a plus important !

  • Écrit par Pierre Katrakazos

Paolo SantamariaCe n'est pas grave, Paolo il y'a plus important ! C'est ce que je disais ces derniers mois à mon ami Paolo mort à la suite d'un cancer avant hier à 11 heures du matin ...

Lire la suite

Ecrire un commentaire (0 Commentaires)

Taznakhte : entre les opportunités d’investissement et le manque d'initiatives

  • Écrit par Driss Aït Elhaj

Le développement d’un territoire constitue une affaire de toutes les parties prenantes (les habitants, les établissements, les associations, les bailleurs des fonds…) et le sous développement de ce même territoire est donc le résultat d'un manque d’harmonisation entre les parties citées. Cet article a pour objet de dresser un aperçu sur les opportunités d’investissement offertes par l’économie locale de Taznakhte. Il est adressé à toute personne désireuse d'investir ses idées dans le grand Taznakhte sachant que cette zone de la région Sud Est du Maroc possède des atouts et les conditions pour réussir son avenir.

Lire la suite

Ecrire un commentaire (3 Commentaires)

ورزازات.. العاصمة

Ouarzazate par A. Aziziراهن الجميع في وقت سابق على أن ورزازات هي الأجدر كي تكون عاصمة لجهة درعة تافيلالت، إلا أن العمل على دعم هذا الاقتراح لم يتم بالشكل المطلوب ولم يصل إلى مستويات من الضغط على صناع القرار ما دامت الوسائل الديموقراطية غير مفعلة في هذا الاتجاه.

Lire la suite

Ecrire un commentaire (0 Commentaires)

L’oiseau migrateur qui détonnait

  • Écrit par Elhoucine Bouhlou

Le printemps s’annonçait plutôt bien. Les arbres revêtaient leur feuillage verdoyant. Tout était beau autour de moi. Je me régalais de la symphonie mélodieuse des oiseaux et de la senteur capiteuse vernale. Sous le soleil radieux, qui envoyait ses rayons chaleureux pour dissiper cette rosée matinale humectant la végétation surabondante, je parcourais des yeux tout le long de la rivière, à la recherche de mon oiseau migrateur que je guettais depuis des jours, le petit gravelot dont la beauté contrastait étrangement avec son gazouillement.

Lire la suite

Ecrire un commentaire (0 Commentaires)

Quand les mots ont une voix …

  • Écrit par Elhoucine Bouhlou

Je m’assieds tout près d’un ruisselet. Je contemple cette eau suintante et amorphe, origine de toutes les vies, qui emporte les feuilles et le temps avec elle pour ne jamais revenir. Je médite sur le sort des hommes d’ici-bas. Une folle rage presque incontrôlable me ronge les entrailles. J’ai envie de pleurer, de crier des injures à tout le monde et de vomir ce sentiment violent qui me déchire. Mais ma sagesse m’en empêche.

Lire la suite

Ecrire un commentaire (0 Commentaires)

Les jeunes amazighs face à leur culture

  • Écrit par Elhoucine Bouhlou

La jeunesse amazigh à Ouarzazate

Nous sommes tous pour la sauvegarde de notre patrimoine culturel amazigh. Personne ne peut le nier, mais personnellement je m’inquiète pour nos jeunes d'aujourd'hui qui ne cessent de réduire ce patrimoine millénaire et sublime à de simples signes et objets qu'ils exhibent çà et là : untel porte à son cou un Z amazigh, tel autre brandit le drapeau amazigh ou endosse un tee-shirt avec une inscription en Tifinnagh ...

Lire la suite

Ecrire un commentaire (4 Commentaires)

Le regard de l’autre

  • Écrit par Elhoucine Bouhlou

Les yeux d'un ancien amazigh

En lisant la réflexion d’un collègue sur le regard, j’ai eu l’idée de traiter ce sujet puisque je le trouve très intéressant, dans la mesure où il met l’accent sur un mode de la perception visuelle qui peut émerveiller des fois ou décevoir plusieurs fois la personne sur qui il est braqué.Le regard de l’autre aussi innocent soit-il peut éveiller chez ce dernier un certain nombre d’interprétations ...

Lire la suite

Ecrire un commentaire (3 Commentaires)

Ouarzazate : le cinéma se porte-t-il bien ?

Le cinéma à Ouarzazate par A. Azizi

Le secteur de cinéma se porte-t-il bien à Ouarzazate ? Il s’agit certes d’un vecteur incontournable dans la donne du développement. La question mérite dès lors un réel penchant. Un constat : l’on se plaint encore dans le cercle des professionnels d’une anarchie, d’une improvisation, d’un laisser-aller et d’un entourage non propice. Bref, les professionnels et acteurs de développement désignent du doigt, comme dans le passé, l’absence d’une stratégie dédiée à ce secteur.

Lire la suite

Ecrire un commentaire (3 Commentaires)

ورزازات.. المدينة المنكوبة

ترددت كثيرا قبل أن أنشر مقالي هذا، ليس بسبب الشك في ما سيتضمنه و لكن بسبب الأحداث المتوالية التي مرت على المدينة و لا تزال تحدث، و أنا أقف على واقع يزداد سوءً و أفق يزداد ضبابية، ينسيك حدث اليوم بصدمته في حدث الأمس بآلامه و تسأل الله أن يكون حدث الغد أقل سوءً.

Lire la suite

Ecrire un commentaire (4 Commentaires)

Ouarzazate… dans le besoin vital d’un grand festival !

Ouarzazate par A. Azizi

L’idée n’est pas nouvelle. Plusieurs l’ont abordé, mais seulement dans des spéculations de salons. Jamais, un projet n’en est sorti indemne. Une dramatisation, une amplification, un sentiment d’infériorité et aussi une peur d’une aventure aux conséquences non calculées. Vers la fin, les jeunes ouarzazis ont le doit de se demander : et pourquoi pas ? Après tout, le développement passe aussi par l’investissement dans champ culturel, et la fertilisation de l’imaginaire des citoyens et la médiatisation d’une image au service d’un créneau porteur dans la région, à savoir le tourisme.

Lire la suite

Ecrire un commentaire (8 Commentaires)

Hamid Majdi ou la libération d’un haschasch

  • Écrit par Mustapha Elouizi

C’est rare. Exceptionnel même. Un homme arrêté pour acquisition de haschisch à bord de sa voiture, et pourtant on le libère dans les 48 heures qui suivent ! C’est le cas de Hamid Majdi, le dirigeant de la Confédération démocratique de travail d’Ouarzazate. Je ne comprends personnellement pas pourquoi donc on l’a arrêté ni pourquoi on l’a libéré. Ce que j’en déduits porte malheureusement atteinte à l’image d’un corps : celui de la police.

Lire la suite

Ecrire un commentaire (1 Commentaire)
Suivez
almaouja
La page facebook d'almaouja.com
Abonnez vous à la newsletter almaouja
Combien de jours dans la semaine ?
Nom :
Email :