Menu

Sur la vague du nouveau Maroc

revue du web

Ouarzazate : De commissions en commissions...

 Vu sur  

Clemenceau disait souvent : « Quand on veut enterrer un problème on crée une commission ». Il avait raison. Alors que Ouarzazate n'en finit pas de mourir de sa mort, avec une capacité qui se réduit, fermeture d'hôtels après fermeture d'hôtels, comme peau de chagrin, des restaurateurs mis à la diète et des transporteurs à l'arrêt, le gouvernement, dans sa grande sagesse, a décidé, une fois n'est pas coutume, de mettre en place une commission "mixte" pour identifier les "problématiques prioritaires"... Et patatra ! Devinez quoi, y figure la question du transport aérien, pompeusement appelé "connexion de la ville", du financement et des conflits sociaux... merci la commission, on aurait eu du mal sans elle à définir de quoi souffrait la ville ; ce n'est pas comme si l'on ne cessait de répeter les mêmes choses depuis des années, si ? Abandonnée par tous, la capitale du cinéma l'est depuis longtemps.

Enclavement aérien, avec un pauvre vol hebdomadaire Paris-Ouarzazate qui saute régulièrement, faute de passagers, et des vols domestiques hors de prix et aux horaires plutôt sportifs (départ très tôt le matin et arrivées très tard le soirs) qui entraînent, pour les passagers en transit des périples qui font passer Ouarzazate pour une destination long courrier (quelques fois plus de 5 heures d'attente à l'aéroport Mohammed V pour attrapper une correspondance), surrendettement des opérateurs, asphyxiés par leurs chargess, sittings et manifestations violentes d'employés sans que les autorités ne daignent réagir, mais aussi manque criant d'animation, avec des excursions touristiques qui ne se renouvellent pas, et une quasi absence de promotion, font, qu'aujourd'hui, Ouarzazate ne fait plus rêver personne, y compris notre ministre.

En effet, Lahcen Haddad, pourtant en charge du département du Tourisme et grand amateur de petites escapades à l'étranger, lui qui n'a pas hésiter à faire le déplacement, tambour battant, à Torremolinos pour inaugurer 20 petits m2 de bureau, n'y a toujours pas mis les pieds... comment donc inciter les touristes a aller visiter

Ouarzazate si même notre très national ministre refuse d'y aller ? Les professionnels de la ville commencent d'ailleurs à se demander si il y a vraiment un ministre en charge... En attendant, on organise des commissions qui, de réunion de travail en réunion de travail, ressasseront les mêmes histoires, les mêmes données ; pour les mêmes résultats ? Parce que les effets d'annonce, on commence à connaître chez les Ouarzazis : les kasbahs rénovées, les "Ouarzazate Lake City", les stations Biladi et autres Tamgirt, cela va faire dix ans qu'on leur en parle. Mais qu'on se rassure, la commission de suivi devrait se réunir bientôt pour décider d’un plan d’action assorti d’un calendrier... Avant la commission du suivi du suivi ?

Lire la suite sur lavietouristique.com

A voir
Les énergies renouvelables à la faculté polydisciplinaire de Ouarzazate Sous le soleil de Ouarzazate grandit la spiruline "C'est la matière grise qui permettra à Ouarzazate de réussir le défi de son développement"

Pour contacter la rédaction : notre formulaire en ligne ou Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser."

Sur le web

Suivez
almaouja
La page facebook d'almaouja.com
Abonnez vous à la newsletter almaouja
Combien de jours dans la semaine ?
Nom :
Email :