Menu

Le magazine du renouveau des territoires au Maroc

traditions

La tradition du henné

  • Écrit par La rédaction

Les principaux motifs :

. le bélier symbolise le culte du bélier célébré dans les temps anciens.
. l'oiseau symbolise la fécondité et la naissance.
. le lézard symbolise l'âme en recherche de lumière.
. le poisson est la représentation de l'abondance, la fécondité et la sérénité.

oit-decouvrir-henne5

Le henné est une tradition sociale qui remonte à l'antiquité. Des traces ont en effet été découvertes sur la momie de Ramsès II. C'est un arbuste épineux de la famille des Lythracées qui peut dépasser au Maroc 1 mètre de hauteur et pousse à l'état naturel dans les régions tropicales et subtropicales d'Afrique, d'Asie du Sud et d'Australasie. Ses feuilles se récoltent à maturité et se font séchées à l’abri du vent et à l’ombre. Une fois réduites en poudre, elles se mélangent à de l'eau de rose et de l'eau ordinaire pour former une pâte onctueuse qui produira alors de teintures de couleur rouge et jaune. Les fleurs du henné servent aussi à la création d'un parfum très apprécié.

La vie des marocains se mêle ainsi continuellement au henné, omniprésent dans toutes les étapes majeures, depuis le 7éme mois d'une grossesse, le jour de baptême, la circoncision du petit garçon, la 27éme nuit de Ramadan (Lailat al kadr), les fiançailles et le mariage. Même la grande fête d’Aîd El Adha voit le mouton du sacrifice lui aussi marqué par le vert du henné.

A voir - Initiatives : la passion du henné

Il est cependant plus connu pour son utilisation lors des fêtes et mariages. En ses occasions, la "hannaya", une femme experte en l'art du henné, est à la disposition des convives pour leur dessiner des figures symboliques sur les mains et les pieds. Pour la mariée, la cérémonie du henné se déroule la veille de la célébration. Voilée et vêtue d'un caftan vert, dit "caftan ntaa", elle se dispose aux talents assurés de la "hannaya" qui s'ingénie à lui dessiner sur son corps des tatouages variés et éphémères aux motifs attrayants et sans conteste séduisants. Les formes dessinées sur les mains ou sur les pieds sont d’une étonnante simplicité, et s’apparentent aux formes requises en tapisserie par les tisserands habiles d’antan comme d'aujourd'hui. La gravure et le coloriage au henné varie du Marrakchi / Fassi aux beaux traits fins, au Sahraoui / Khaliji, aux traits épais noirâtres, au Fidah, qui est un tatouage du bas du talon et du poignet.

Cependant les vertus bienfaitrices de cette plante ne sont pas uniquement esthétiques mais aussi médicinales c'est pourquoi le henné est communément utilisé par les femmes qui se l'enduisent sur le cuir chevelu, les mains et les pieds.

Le henné est l’un des arbres du paradis pour l’ensemble du monde musulman.

A voir, en images

Une séance d'henné à Ouarzazate par Abdellah Azizi

En savoir plus

- Initiatives : la passion du henné

A découvrir

Pour info

Les traditions amazighes sont diverses et riches. Chant, danse, contes, tapis, costumes, bijoux, gastronomie et d’autres, sont des formes qui illustrent l’identité et l’histoire du peuple berbère. C’est leur mémoire collective basée fondamentalement sur l’oralité. Un héritage séculaire ancré dans le passé et ouvert sur l’avenir. Il se transmet d’une génération à une autre à travers l’évolution de l’histoire et de la société. A Ouarzazate, la communauté chleuhe, composante principale de la civilisation berbère, perpétue ces traditions qui remontent à un passé immémorial. La vie des hommes et des femmes est rythmée par cet héritage qui traduit les émotions, les croyances, les représentations et la manière d’être des berbères.

Selon qu'on est dans une grande ville ou dans un petit village, les traditions se vivent différemment au quotidien. Que ce soit pour les fêtes traditionnelles, pour les mariages ou les naissances, dans le cadre de la vie quotidienne, la culture berbère est présente. Et dans le sud, particulièrement, il est fréquent de voir des femmes encore vêtues avec les habits traditionnels, ou portant le maquillage de fête avec le henné ou le safran. Les chants traditionnels résonnent toujours aux différentes occasions et cérémonies, les tapis se tissent encore avec les motifs d’antan…

Ce qui remarquable aussi dans le Sud-est marocain, c’est que chaque tribu, chaque vallée, chaque village possède une identité qui lui est propre, reconnaissable à sa musique, à ses particularités architecturales, à ses coutumes et costumes, aux coiffes aux volumes et formes variables selon que l'on fait partie des Aït Hadiddou, des Aït Morghad, des Aït Izdeg, des Aït Atta ou d'ailleurs. Les maquillages et les tatouages sont raffinés, racontent une histoire, indiquent l’appartenance, la position dans la société de celui ou celle qui les portent.

Ecrire un commentaire
Vos coordonnées:
Commentaire:
Sécurité
Veuillez saisir le code anti-spam que vous pouvez lire dans l'image.
Suivez
almaouja
Contactez-nous
Abonnez vous à la newsletter almaouja
Nom :
Email :
feedback