Menu

Sur la vague du nouveau Maroc

tribune libre

Le Roi Mohammed VI ancre le Maroc dans la modernité universelle

  • Écrit par Eric Anglade

La parole du Roi Mohammed VI était attendue avec gravité par de nombreux marocains comme par tous les amis du Maroc tant ces derniers mois ont été émaillés de crispations au sein de la société marocaine qui ont pu faire craindre que l'ambiance générale allait se détériorer au point de justifier la réticence des touristes, notamment français, à venir jusqu'ici pour leurs vacances. Cette chute de l'arrivée de touristes, dramatique pour l'économie des territoires du Maroc, est certes liée aux récents attentats terroristes en France comme en Tunisie, mais elle est aussi motivée par une suspicion grandissante vis à vis des pays de culture musulmane tant l'Islam aujourd'hui provoque incompréhensions et inquiétudes dans les têtes et dans les coeurs.

Au Maroc, l'Islam est tolérance et modération

Cette suspicion envers le Maroc est autant le résultat d'un amalgame, celui de considérer que le Maroc serait comme les autres pays musulmans, que le résultat d'une incontournable réalité qu'il vaut mieux assumer plutôt que l'inverse, celle de reconnaitre qu'en effet l'Islam est en crise.

Face aux enjeux du temps présent, le verbe du souverain Mohammed VI lors de son dernier discours au titre de la fête du Trône aura, une fois de plus, exprimé avec clarté ce qu'est le Maroc et où il va.

Le message le plus important adressé à tous les marocains et finalement à l'ensemble du monde aura été de rappeler qu'ici au Maroc l'Islam a sa singularité, soulignant par là l'évidence, culturelle comme historique, que l'Islam unique a des modalités d'expression diverses et affirmant haut et fort que les valeurs structurelles fondamentales du Maroc sont la tolérance et la modération, et qu'elles l'ont toujours été, actant ainsi qu'au Maroc, l'Islam est tolérance et modération.

Sans aucune ambigüité, Mohammed VI appelle les marocains à ne pas se laisser influencer par d'autres versions de l'Islam où justement les vertus de tolérance et de modération sont absentes. Or la tolérance et la modération sont de nos jours les signes clairs d'une modernité vivifiante car universelle.

Le Maroc s'enrichira de l'ouverture à d'autres cultures

Et c'est encore en regard de cette même modernité que le Roi Mohammed VI rappelle aux marocains, et une fois de plus à l'ensemble du monde, que le Maroc est un parmi la communauté des peuples, que sa longue histoire l'enracine autant en Europe qu'en Afrique, lui conférant de fait comme d'esprit, une identité singulière car plurielle. Le Maroc s'enrichira de l'ouverture à d'autres cultures comme le souligne Mohammed VI, et soyons certains que ces autres cultures recevront richesses du Maroc.

La logique de ces affirmations, de ces rappels à la réalité, donne tout son sens à la réforme actuelle de l'enseignement au Maroc qui vise à redonner à l'apprentissage des langues étrangères toute sa primauté. Cette volonté de réforme est fondée d'une part sur le constat de l'échec du système - l'exigence du bilan honnête étant une autre vertu développée par le Roi dans son précédent discours du Trône, et repose d'autre part sur cet autre constat que l'immense majorité des familles marocaines veulent voir leurs enfants s'inscrire dans le monde global, c'est-à-dire pleinement maîtriser les langues étrangères. C'est pourquoi elles privilégient les enseignements privées ou bien ceux délivrés par les missions étrangères, ce que le souverain se plait à rappeler notamment à l'adresse de certains hommes politiques marocains dont l'archaïsme est malheureusement de mise sur ce sujet comme sur tant d'autres.

La modernité du Maroc déployée par Mohammed VI ira jusqu'à rappeler une petite évidence, pourtant lourde de conséquence, et qui pour le coup est un mauvais cadeau que la France aura fait au Maroc : le baccalauréat n'est pas la panacée, ne pas l'avoir n'est pas la fin du monde et il y a tant d'autres parcours de formation que le jeune marocain peut emprunter, soit ceux de la formation professionnelle eux aussi en pleine réforme, soit d'autres à imaginer. Sur ce sujet là, et sachant qu'en France comme ailleurs le débat sur l'obsolescence de ce diplôme-totem est en cours, voir le Roi dire tout haut ce qui sans aucun doute deviendra un jour la norme est là encore un formidable signe de modernité.

Au coeur même de ce discours royal 2015, plus qu'une seule démarche de communication, se révèle une volonté pédagogique salvatrice en ces temps où les raisons s'aveuglent : les marocains ne doivent pas avoir peur du monde, et de sa modernité, et le monde ne doit pas avoir peur du Maroc.

Le chemin d'avenir est et sera difficile pour le Maroc comme pour tous les pays et ces défis de modernité tels que développés par le Roi Mohammed VI restent et resteront des défis pour lesquels toutes les forces vives, celles du Maroc mais aussi celles de toute la planète, vont devoir se mobiliser et coopérer car le succès ou l'échec du Maroc concerne en effet l'ensemble de la planète.

La tempérance du Maroc est son plus bel atout

Le Maroc est un pays sûr où il fait bon vivre et voyager. Ses crispations récentes sont le signe que la société marocaine est en plein débat sur sa propre croissance, et c'est tant mieux car c'est par ce dialogue, et selon cette tempérance propre au Maroc, que pas à pas la raison du coeur l'emportera sur les peurs comme sur les obscurantismes.

Alors qu'aucun angélisme ne doit être de mise en regard de la complexité des problèmes actuels de notre humanité et donc du Maroc, ce discours royal porte au monde, et à l'Europe en particulier, le message brûlant de gravité que venir au Maroc, pour des vacances ou pour des investissements économiques, culturels et éducatifs, c'est soutenir l'essor de sa modernité.

 

En savoir plus

- Texte intégral du discours royal à l'occasion du 16ème anniversaire de la Fête du Trône

 

Voir tous les articles "Tribune libre"

Soutenir almaouja.com

A découvrir

 

Pour contacter la rédaction : notre formulaire en ligne

 

Sur le web

Suivez
almaouja
La page facebook d'almaouja.com
Abonnez vous à la newsletter almaouja
Combien de jours dans la semaine ?
Nom :
Email :