Menu

Sur la vague du nouveau Maroc

tribune libre

Après la France, le Maroc prend son tour de veille sur notre maison commune, la Terre

  • Écrit par Eric Anglade

La conférence internationale sur le climat (COP 21) qui se déroulait à Paris sous l'égide des Nations Unies s'est clôturée samedi 12 décembre 2015 par l'adoption d'un accord entre les représentants des 195 Etats, soit la quasi totalité des pays de notre planète, réunis pour tenter de freiner le réchauffement climatique qui n'a de cesse de s'accroitre et fait peser sur l'humanité des risques de bouleversements profonds, douloureux et durables de ses conditions de vie.

Cet accord, qualifié d'historique, intervient alors que beaucoup considèrent qu'il est déjà trop tard et que les émissions de gaz à effet de serre, facteur principal de ce réchauffement, ne pourront diminuer tant leur raison d'être est liée à notre manière d'être, nous humains.

Cependant le succès est là et l'ensemble des acteurs qui ont oeuvré à son avènement peuvent s'estimer fiers du travail accompli depuis de nombreuses années et finalement depuis le premier Sommet de la Terre en 1972 où pour la première fois la communauté internationale s'est souciée du devenir de la planète sur laquelle nous vivons depuis nos origines.

Un dynamique d'évolution de notre manière de vivre

Les données concrètes de cet accord ont été mesurées au diapason du consensus nécessaire entre des pays aux intérêts divergents, ceux qui ont atteint un haut niveau de consommation et veulent le préserver, ceux qui veulent accéder à ce standard d'existence, ceux dont la richesse provient des énergies fossiles comme le pétrole et ceux qui n'en possèdent pas, ceux enfin qui savent leur avenir rapidement menacé et ceux qui se croient éloignés de tout danger. Et même si de nombreuses critiques déjà s'expriment pour dénoncer le manque d'ambition des engagements pris face à la réalité des enjeux, l'essentiel dans cette affaire ne se niche pas dans les détails mais bien dans la figure d'ensemble, dans l'exercice qui a eu lieu et qui demain encore se poursuivra, rare et précieux en ces temps troublés, et dans lequel un groupe d'êtres humains, au nom de tous, fait vivre une réflexion, un dialogue et puis une dynamique de décision sur l'évolution à donner à notre manière de vivre.

Après avoir mis à jour le diagnostic que notre mode de vie empoisonnait notre planète, après avoir posé le constat que nous marchions d'un pas vif et inconscient à notre perte collective, ce groupe a dessiné devant les yeux de tous une vision, celle d'un monde où l'interdépendance de chacun était désormais actée, celle d'une humanité où la coresponsabilité de chacun vis à vis de l'autre était en voie d'être assumée, la vision d'une communauté de sociétés humaines qui enfin reconnaissent qu'elles sont parties, pensantes et agissantes, d'une même famille.

Lumière a été faite sur la vraie élite de notre humanité

L'accord de Paris a cela d'exceptionnel qu'il est dit universel et c'est bien là la plus grande des réussites de ses opérateurs, la France et l'ONU en tête. Aussi petites soient les avancées concernant le climat, il restera que la lumière a été faite sur la vraie élite de notre humanité ; celle, transversale, qui se déploie pour le mieux de toutes et de tous, au delà des idéologies, des croyances, des intérêts, au-delà même des personnes puisque l'impact réel des décisions qui ont été prises concerne les générations futures. Paris, une fois de plus dans son histoire, aura été cette ville carrefour où se sont retrouvés les acteurs du renouveau de notre humanité, ceux qui inventent pièce après pièce un nouveau modèle d'existence, ceux qui font acte de pédagogie vis à vis de tout ce qui doit évoluer dans notre manière de vivre, ceux qui rendent l'aventure de cette co-construction belle et enthousiaste car toujours créatrice, plurielle et surtout, toujours bienveillante. Paris aura été la vitrine des initiatives innovantes, de tous les micro-laboratoires où se compose le paradigme qui plus tard réglera les croissances de nos sociétés autour des principes d'une sagesse pourtant ancestrale et soudainement redevenue vivante, actuelle et impérieuse.

Paris, le temps d'une prise de conscience planétaire, a effacé le rouge du sang versé il y a peu sur ses terres par les couleurs de l'arc-en-ciel, celles de notre être collectif, et mérite en cela, une fois encore, son titre de ville des lumières.

Une étape cruciale est franchie et désormais chaque pas va compter sur le fil de notre destin collectif. L'audace reste de mise pour que la beauté de la bienveillance de chacun vis à vis de tous soit maintenue, et bien évidemment, la vigilance s'impose.

Le Maroc reprend le flambeau de cette dynamique vers l'universel

Ce flambeau aujourd'hui est transmis à Marrakech pour que s'y organise dans un an la prochaine étape de cette évolution. Il revient en effet au Maroc d'organiser la COP 22. Comme l'a dit avec justesse Mme Hakima El Haité, ministre déléguée à l’Environnement du Maroc, ce nouveau rendez-vous international ne concernera pas simplement le changement climatique mais la chance que la question du climat nous offre à tous en tant que vecteur de l'ouverture de nos consciences et vecteur de nos transformations. Cette COP 22 sera en effet pour l'ensemble de la société marocaine, et de sa jeunesse en particulier, l'occasion de collectivement comprendre les problématiques d'avenir de notre planète, celles qui concernent directement le Maroc, comme les questions de l'eau, de la désertification ou de la détérioration de l'environnement par les activités humaines, celles qui concernent les autres pays, proches ou lointains. Ce sera surtout l'occasion de collectivement comprendre que des réponses à tous ces problèmes existent et qu'il est temps de les mettre en oeuvre en résonance avec les autres acteurs planétaires confrontés à ces mêmes défis et alors réunis à Marrakech pour une avancée de plus.

Ce sera pour le Maroc, aujourd'hui acteur pionnier de la transition énergétique mondiale par le déploiement de son programme solaire, l'occasion d'accueillir cette dynamique salvatrice vers l'universel et de faire vivre, au nom de l'humanité, cet esprit des lumières.

 

Voir tous les articles "Tribune libre"

Soutenir almaouja.com

A Lire

- L'Accord de Paris texte en français

A découvrir

 

Pour contacter la rédaction : notre formulaire en ligne

 

Sur le web

Suivez
almaouja
La page facebook d'almaouja.com
Abonnez vous à la newsletter almaouja
Combien de jours dans la semaine ?
Nom :
Email :