Menu

Sur la vague du nouveau Maroc

actualités de la région

"Ouarzazate est sur la courbe ascendante"

  • Écrit par la rédaction
  • Affichages : 8222

Christine Garnier par A. Azizi pour almaouja.com

Depuis 2004, la province de Ouarzazata a établi un partenariat de coopération avec la région française Franche Comté. Cette semaine, une délégation française est arrivée sur Ouarzazate pour soutenir l'avancement des projets en cours et faire le point avec le Gouverneur sur les actions à venir. Madame Christine Garnier est directrice de la Coopération et de la solidarité internationale au sein du Conseil régional de Franche-Comté. A ce titre là, elle dirige la délégation française et a accepté de répondre aux questions d'almaouja.com.

Almaouja.com - Quelle est l'origine de la coopération entre la région Franche Comté et la province de Ouarzazate ?

Christine Garnier - Comme souvent les coopérations entre les territoires reposent sur des histoires de personnes et ici ce fut le cas dans les années 2000 avec Monsieur Pierre Bénichou, élu de la région France Comté et médecin de profession qui avait établi des contacts réguliers avec Monsieur Abdellah Ait Chaaib, aujourd'hui député de Ouarzazate et président du conseil municipal de Tarmigte. Ces contacts ont tout d'abord permis des échanges entre l'hôpital de Ouarzazate et l'hôpital de Lons-le-Saunier et puis quelques années plus tard, en 2004, un véritable coopération a démarré au niveau institutionnel entre la province et la région France Comté.

C'est à ce moment-là que la thématique agroalimentaire a été choisie comme objectif de coopération avec le soutien apporté à la coopérative laitière de Tametkalte. Deux autres axes de coopération ont ensuite été rajoutés, à savoir le soutien à l'élevage caprin au travers la coopérative de femmes ROSA et enfin le soutien à la professionnalisation des acteurs du tourisme.

 

la coopérative de Tametkalte à OuarzazateAlmaouja.com - Quel était le contenu de cette coopération ?

CG - Notre soutien a consisté en la mise à niveau de la laiterie et de la fromagerie par la fourniture de matériel et la formation du personnel. Il y eut ensuite l'ouverture d'une ferme pilote, à Timdline, qui a accueilli 115 vaches de race Montbéliarde, ces vaches ayant été ensuite remises aux éleveurs de la province. L'intérêt de la coopérative de Tametkalte est de ne pas simplement faire de la collecte laitière mais aussi d'avoir des produits transformés à forte valeur ajoutée comme des fromages et des yaourts qui peuvent répondre aux besoins des consommateurs, notamment dans le secteur hôtelier.

A ce jour, nous soutenons toujours l'amélioration des compétences des éleveurs locaux au travers des échanges avec des éleveurs de notre région France Comté. En effet, l’un des objectifs prioritaires que nous nous sommes fixés est d'améliorer les techniques d'élevage qui demandent encore, de notre point de vue, des évolutions afin de mieux réunir les conditions de praticité et d'hygiène nécessaires à un élevage bovin de qualité. C'est pourquoi nous prévoyons, en partenariat avec le lycée Hassan II de Marrakech, la mise en place de deux étables pilotes qui devraient encadrer ces améliorations des pratiques d’élevage. Ce projet recevra une aide financière de notre région, de l'Ambassade de France et bien sur des autorités marocaines via la province de Ouarzazate.
 

Les vaches montbéliarde dans les campagnes de Franche Comté

Les vaches de race montbéliarde en région France Comté


Il faut savoir que la région France Comté soutient aussi des associations françaises qui mènent des actions de solidarité au Maroc, comme c'est le cas avec l'association « Amitiés berbères » qui a mené un programme d'adduction d'eau dans un village reculé de la province de Ouarzazate.

Enfin, nous avons participé à la mise en place de la nouvelle formation des guides en milieu naturel, grâce entre autre à l'implication du Centre Prémanon en région France Comté, le Centre National de ski nordique et de moyenne montagne. Cette formation est en cours de lancement.

Tous ces axes de coopération seront poursuivis dans la durée. C'est l'intention de notre région Franche Comté comme l’a affirmé notre présidente du conseil régional, Madame Dufay.

Almaouja.com - Après toutes ces années d'implication dans cette coopération, quel regard portez-vous sur le chemin parcouru ?

CG - Encore une fois, je veux insister sur l'importance de l'apport des personnes dans le déroulement de tels programmes de coopération. C'était le cas de l'ancien président de la coopérative de Tametkalte, Monsieur Lahcen Bedroune, qui avait été une véritable locomotive pour la mise à niveau de tous les métiers concernés par l'activité laitière. Aujourd’hui, sans l’impulsion active des responsables concernés, que ce soit le nouveau président de la coopérative ou à l’Office Régionale de la Mise en Valeur Agricole avec Messieurs Hro Abrou, Azzedine El Khattabi et Mohamed Benidir, nous savons que nos efforts de coopération seraient inefficaces.

L'enjeu permanent est de toute manière la professionnalisation maximale qu'il faut sans cesse atteindre. La qualité du produit est ce qui fait sa réussite. Le lait est ici de qualité car les vaches sont de qualité. Si tous les rouages de production sont à un même niveau de qualité, le produit rencontre le succès et répond aux attentes économiques.

Il faut donc veiller à la qualité des contrôles, des formations, des suivis techniques, de l'alimentation des animaux. Il convient de faire des efforts pour maintenir cette exigence et nous espérons que la prochaine étable pilote servira cet objectif.

Almaouja.com - Vous venez ici depuis 2004, comment voyez-vous le développement de Ouarzazate ?

Ouarzazate a beaucoup d'atouts et je perçois les progressions dans beaucoup de domaine. Il manquait certes une activité économie importante et l'arrivée de la centrale solaire va pouvoir jouer ce rôle de locomotive.

Ouarzazate a déjà une réelle dimension internationale. Son nom est mondialement connu. Cette dimension internationale était avant tout naturelle en raison de sa lumière qui a attiré les productions cinématographiques et il existe ainsi des studios de renommée internationale. L'économie des produits du terroir est importante. Il y a l'université poly disciplinaire qui est très active et qui participe au rayonnement de la ville. C'est ainsi que nous avons prévu d'organiser à Ouarzazate en 2013 un colloque inter universitaires sur le thème de la valorisation des territoires notamment en vue de favoriser la promotion des produits du terroir. L'artisanat est aussi un facteur de développement d'autant plus si on parvient à moderniser les pratiques, comme par exemple en matière de design des produits fabriqués tout en préservant le savoir faire traditionnel.

Il faudrait cependant que Ouarzazate devienne une ville où l'on puisse séjourner alors qu'à ce jour, c'est plus une ville de passage. Or il y a beaucoup à voir, beaucoup à faire. Et c'est une bonne communication, aujourd'hui trop modeste, qui peut parvenir à mieux faire connaitre tous ces potentiels. 

Mais sans aucun doute, Ouarzazate est sur la courbe ascendante.

 

A découvrir :

- Le site officiel de la région France Comté

 

 

A découvrir

Pour contacter la rédaction : notre formulaire en ligne ou Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Sur le web

Suivez
almaouja
La page facebook d'almaouja.com
Abonnez vous à la newsletter almaouja
Combien de jours dans la semaine ?
Nom :
Email :