Menu

Sur la vague du nouveau Maroc

actualités de la région

La réforme du métier de guide au Maroc

  • Écrit par la rédaction

Depuis 2007, le ministère marocain du Tourisme a lancé la réforme du métier des guides dans le cadre de la professionnalisation des métiers du tourisme. La formation est le premier levier de cette évolution. Après le lancement du nouveau cursus de deux années qui formera les futurs guides des espaces naturels au sein de l'Institut de Technologie Hôtelière et Touristique, Ouarzazate a accueilli les 26, 27 et 28 novembre 2012 une session de mise à niveau des professionnels existants.

Entretien avec Karim El Hassouni, chargé d'appui aux entreprises touristiques au sein du ministère du Tourisme à Rabat.

En 2007, le ministère a lancé une importante réforme des métiers de guides touristiques en partenariat avec l'Observatoire du tourisme. Le nouveau projet de loi a été voté et les décrets d'application sont en cours d'édition.

Cette réforme s'organise selon 5 axes :

- l'accès au métier
- la formation
- le volet catégorisation ou spécialisation
- la représentation du métier
- le business modèle de la profession

Nous sommes conscients que la formation est un levier primordial à actionner pour la professionnalisation du métier, autant dans sa phase initiale que dans ses aspects de mise à niveau. C'est pourquoi, et avec l'aide de l'OFPPT et le Centre National de Ski Nordique et de Moyenne Montagne (CNSNMM) de la région française Franche Comté, nous avons élaboré une nouvelle formation adressée spécifiquement au métier de guide des espaces naturels qui s'étalera sur deux années et se déroulera au sein de l'Institut de Technologie Hôtelière et Touristique.

Cette nouvelle formation vise à répondre aux normes de qualité internationale exigées par les touristes, exigences de plus en plus pointues d'où l'importance de la formation initiale pour les guides marocains.

Karim El Hassouni du ministère du tourisme par A. AziziLa réforme prévoit en outre une formation continue obligatoire qui concernera à terme l'ensemble des 700 guides marocains de montagnes. A ce stade, et dans l'attente de la systématisation de cette mise à niveau, nous nous adressons depuis 2009 en priorité aux régions les plus montagneuses du Maroc.

C'est pourquoi s'est organisée à Ouarzazate sur une durée de quatre jours une de ces étapes de formation continue qui a ainsi pu bénéficier à 15 guides. Deux formateurs français nous ont rejoint pour accompagner le groupe de professionnels. D'autres sessions de formation sont prévues dans les mois à venir.

Nous réfléchissons pour l'avenir à organiser des sessions de formation au VTT car ce sport se multiplie au Maroc.

A découvrir : Lancement officiel à Ouarzazate de la formation des métiers de guide des espaces naturels

_________________

Entretien avec Philippe Morel, formateur auprès du Centre National de Ski Nordique et de Moyenne Montagne en région Franche Comté.

Philippe Morel formateur guide par A. AziziAlmaouja.com - Vous étiez présent à Ouarzazate avec votre collègue Pierre Perry, guide de haute montagne sur la vallée de Chamonix, pour encadrer la session de mise à niveau des guides marocains. Quel bilan posez vous ?

Philippe Morel - C'est là mon quatrième séjour dans le cadre de la coopération établie depuis 2007 entre le Conseil Régional Franche Comté, le ministère du Tourisme et la province de Ouarzazate. Sur cette durée des quatre années, nous pouvons dire que le niveau est bon mais trop hétérogène et que précisément certaines compétences ne sont pas assez développées, comme l'orientation avec les cartes ou la maîtrise des cordes.

Nous cherchons à chaque fois à repérer les meilleurs éléments afin de leur proposer ensuite une étape de formation en France dans l'objectif qu'ils puissent devenir à leur tour formateur auprès des autres guides marocains. Cela fait déjà trois années que nous faisons cela et neuf guides ont ainsi pu être formés. Au terme de leur formation en France, ils deviennent co-encadrants dans les sessions de formation continue et nous espérons ensuite qu'ils pourront intégrer la nouvelle formation de deux années en tant que formateur permanent.

Almaouja.com - Maintenant que la refonte de la formation est en cours, quels sont selon vous les autres efforts à fournir pour améliorer la profession de guide au Maroc ?

PM - La profession doit rapidement se structurer en syndicat ou en fédération. A ce jour, les guides de montagne sont regroupés avec les guides de ville, or ils n'ont pas tous les mêmes préoccupations. Cela permettrait pour eux un meilleur dialogue avec le Ministère et de mener à bien en interne les formations initiales et continues.

Le métier de guide au Maroc est très important car c'est bien souvent le seul élément d'intégration du touriste dans le pays. Ils ont le rôle de facilitateur vis à vis des populations. Et du coup, une des priorités pour l'avenir est de pouvoir contrôler la qualité des guides afin d'éviter les acteurs informels, les faux guides qui gâchent profondément l'image du Maroc. La formation est donc importante mais la réglementation s'impose.

Almaouja.com - Vous allez donc revenir pour d'autres sessions de mise à niveau ?

Oui nous allons sans doute revenir l'année prochaine avec aussi la possibilité d'intervenir dans la formation initiale des deux années, et ce sur des modules spécifiques.

Formation continue des guides marocains par A. Azizi

En savoir plus

Le site officiel de la région France Comté

 

 

 

 

A découvrir

 

Pour contacter la rédaction : notre formulaire en ligne

Sur le web

Suivez
almaouja
La page facebook d'almaouja.com
Abonnez vous à la newsletter almaouja
Combien de jours dans la semaine ?
Nom :
Email :