Menu

Sur la vague du nouveau Maroc

actualités de la région

Entreprendre : ce qu'en disent les jeunes de Ouarzazate

  • Écrit par La rédaction

Que pensent les jeunes ouarzazi de l’entreprise surtout quand ils se voient eux même futurs entrepreneurs ? Les journées d'information sur la promotion de l'investissement et de l'entreprenariat organisées par le MASEN du 30 novembre au 01 décembre 2012 au palais des congrès à Ouarzazate, étaient destinées aux étudiants et aux jeunes entrepreneurs locaux. C’était une occasion pour eux de s’ouvrir sur le monde de l’entreprise à travers l'écoute et le dialogue avec les principaux acteurs présents lors de cette journée, banquiers, départements d’Etat, experts, agence de promotion de l’emploi et chambre de commerce de Ouarzazate. 


Abderrahim Abdennour aux rencontres du MASEN par A. Azizi

Abderrahim Abdennour est un jeune producteur de cinéma. Lauréat du centre euro-méditerranéen Kanzaman, il a accumulé une riche expérience dans le domaine de la production. Il a créé son entreprise Ouarzazate-action qui a bénéficié d’une subvention attribuée par la région Souss Massa Drâa en 2009. Pour lui, cette journée a été très fructueuse. Les experts et les institutions financières ont abordé des volets relatifs à l’entreprise qu’il ignorait jusqu’à alors. Il enchaîne que Ouarzazate a besoin de ce genre d’activités. Cependant Abderrahim regrette la marginalisation de la ville en matière d’investissement. Selon lui, investir à Ouarzazate est un grand risque même dans les métiers du cinéma car les entreprises venues d’autres villes bénéficient entièrement de la part du marché disponible. Le jeune entrepreneur pense que les étudiants doivent d’abord acquérir un savoir académique pendant leur formation et ensuite une expérience avant de penser à créer leurs entreprises.

 

Rachid Kiran aux rencontres du MASEN par A. Azizi

Rachid Kiran, quant à lui, a une entreprise de décor de cinéma et décoration intérieure. Lui aussi a bénéficié d’une subvention de la part de la région Souss Massa Drâa en 2008. Lors de son intervention dans la première journée, il a souligné clairement les difficultés rencontrées par les jeunes entrepreneurs à Ouarzazate. Pour lui, il n’y a pas une égalité des chances entre les entrepreneurs locaux et ceux qui viennent d’autres villes. Il propose de consacrer un pourcentage entrepreneurs Ouarzazi concernant les opportunités d’investissement que la ville offre. Enfin, Rachid signale que les banques sont très rigides et représentent un grand obstacle pour l’investissement dans la région puisqu’elles n’accordent aucune facilité aux jeunes entrepreneurs.

Les étudiants ont eux aussi massivement assisté à cette journée. Leurs réactions ont été diverses. Certains sont venus par curiosité. D’autres ont une idée au préalable. C’est le cas de Said. Un jeune qui a une double diplome : diplôme en comptabilité, métreur-vérificateur et dessin bâtiment. Il a été déjà candidat dans le programme Mokawalati. Son projet a été sélectionné par le jury. Mais il a rencontré de nombreuses difficultés auprès des banques. Sa présence dans cette journée était motivée par la volonté de connaître toutes les procédures relatives à la création de l’entreprise et surtout les partenaires financiers susceptibles de pouvoir financer sa future entreprise dans le secteur des matériaux de construction. 

 


Ahmed et Kamal sont deux étudiants à l’Institut Spécialisée de Technologie Appliqué de Ouarzazate (ISTA), option gestion des entreprises. Entreprise, risque, soutien financier et encadrement, c’est ce qu’ils ont retenus de cette journée. Selon eux, pour réussir à créer une entreprise, il faut d’abord avoir un petit capital. De plus l’entreprise doit être une valeur ajoutée pour la région. Pour Ouarzazate, le tourisme et le cinéma sont les deux secteurs clé de l’investissement. Or ils restent saisonniers selon leur point de vue.

Enfin Brahim a entourage propice à la création de l’entreprise. Son père et son frère sont des entrepreneurs dans le bâtiment. Cet étudiant en gestion des entreprises n’est pas sorti de la journée bredouille. Les discours des intervenants sont plus qu’encourageants pour lui. Actuellement il se concentre sur sa formation qui lui permettra d’acquérir un savoir. Parallèlement au théorique, il veille à travailler sur le terrain pour se confronter aux vrais problèmes. Il souhaite que Ouarzazate accueille d’autres activités d’une façon régulière sur le même thème.

 

Les journées d'information au palais des congrès de Ouarzazate


A découvrir :

"Attijariwafa Bank est le partenaire naturel du MASEN dans le développement de Ouarzazate et de sa région"

Le MASEN se positionne comme locomotive du soutien à la création d'entreprise à Ouarzazate

Sur le web

Suivez
almaouja
La page facebook d'almaouja.com
Abonnez vous à la newsletter almaouja
Combien de jours dans la semaine ?
Nom :
Email :