Menu

Sur la vague du nouveau Maroc

actualités de la région

Conférence à Ouarzazate sur le thème « démocratie et laïcité » animée par Ahmed Assid

  • Écrit par La rédaction

 

L’association Taouada pour la culture, le développement et les droits de l’Homme a organisé une conférence sur le thème « démocratie et laïcité » animée par le chercheur Ahmed Assid le 22 décembre 2012 au conseil municipal de Ouarzazate.

Au début de son intervention, Mr Ahmed Assid a souligné la marginalisation de la région du Sud Est qui est due, selon lui, à une concentration des services et des politiques de développement sur un triangle au niveau du centre du Maroc notamment Rabat, Casablanca et Kenitra : « Ouarzazate a beaucoup donné au Maroc, mais en contrepartie elle n’a rien reçu ».

Pour le thème principal de la conférence, Mr Ahmed Assid a réparti son exposé en trois axes d’actualité au Maroc et dans contexte régional. Il s’agit des mouvements de la rue qu’ont vécus les pays arabes. Un contexte marqué par l’instauration d’un langage franc et transparent. Pour le Maroc, la nouvelle constitution a pour grand acquis l’officialisation de la langue amazighe.

Le chercheur a ensuite présenté les causes de la mauvaise compréhension de la laïcité dans les sociétés arabo-musulmanes : d’abord la société arabo-musulmane a découvert le concept de laïcité à travers un exemple oppressif en l’occurrence le modèle turc porté par Mustafa Kemal Atatürk. C’est le cas aussi pour d’autres régimes arabes laïcs qui ont servi de mauvais exemples en matière de laïcité : le cas de Saddam Hussein en Iraq, Hafiz al-Asadde en Syrie, Hosni Moubarak en Egypte et Mouammar Kadhafi en Libye qui sont tous des régimes militaires despotiques. Enfin l’apparition des mouvances islamistes, notamment les frères musulmans, est un autre facteur qui a contribué à comprendre de travers le concept de laïcité dans les sociétés en question.

Ahmed Assid à Ouarzazate par A. AziziD’autre part, Mr Ahmed Assid a présenté trois définitions de la laïcité : la définition au niveau philosophique et intellectuelle, au niveau socioculturel puis au niveau politique.

Le chercheur Ahmed Assid n’a pas manqué de souligner que la diversité ethnique, religieuse, linguistique… ne peut jamais empêcher les marocains de vivre en cohabitation reliés tous entre eux par une appartenance à une seule patrie, à un seul territoire en l’occurrence le Maroc.

 

Sur le web

Suivez
almaouja
La page facebook d'almaouja.com
Abonnez vous à la newsletter almaouja
Combien de jours dans la semaine ?
Nom :
Email :