Menu

Sur la vague du nouveau Maroc

actualités de la région

Séminaire de la coopération décentralisée entre le Maroc et la France

  • Écrit par la rédaction
  • Affichages : 7795

Séminaire maroco français de la coopération décentralisée par A. Azizi

L’ambassade de France au Maroc et le ministère marocain de l’Intérieur ont organisé le 12 avril 2013 à l'hôtel Karam Palace à Ouarzazate un séminaire d’échange et de capitalisation sur la coopération décentralisée. Ont assisté à ce séminaire : Messieurs le wali Directeur Général des collectivités locales, le représentant du ministère français des Affaires étrangères et de l'ambassade de France au Maroc, le gouverneur de la Province de Ouarzazate ainsi que des présidents de conseils régionaux marocains et français.

Ce séminaire a été une occasion de faire le point sur l’actualité de la coopération décentralisée entre le Maroc et la France et d’évoquer l'expérience française de l'intercommunalité et son inscription de plus en plus importante dans les projets de coopération décentralisée.

Il a été rappelé l'importance de faire émerger au Maroc des pratiques similaires de coopération entre les communes d'un même territoire. Dans le cadre de la régionalisation avancée du Maroc, l’intercommunalité est en effet une forme de gouvernance efficace et moderne qui permet d’adapter les politiques de développement des territoires aux réalités locales, et donc aux besoins réels des populations. Ce nouveau mode de gouvernance des communes, aussi pertinent soit-il d'un point de vue théorique, demeure cependant complexe dans sa mise en œuvre et dans son acceptation par les élus. La nouvelle constitution marocaine promulguée le 29 juillet 2011 consacre certes le droit aux collectivités locales d'organiser entre elles des groupements de communes et de définir le mode d’exercice de leurs compétences mais l'application de cette modalité est encore loin d'être effective tant les réticences sont fortes.

Trois présidents de régions marocaines et français ont ensuite fait part à l'assistance de leurs expériences en matière de coopération décentralisée. Il s’agissait de M. Said Chbaâtou (président du conseil régional de Meknès Tafilalet), M. Ali Belhaj (président du conseil régional de l’Oriental) et M. Jean-Paul Bachy, président du conseil régional de Champagne-Ardenne.

Ces trois intervenants ont clairement indiqué que la coopération décentralisée entre le Maroc et la France a permis d'établir entre les élus français et les élus marocains des relations directes de partenariat qui reposent avant tout sur le constat que les problématiques de développement des uns et des autres sont similaires. La coopération décentralisée est ainsi une opportunité pour tous ces acteurs de mutualiser leurs expériences et leurs pratiques dans  la gestion des territoires. Ce cadre décentralisée de coopération leur a donné la capacité d’agir durablement dans une approche de proximité qui prend plus concrètement en compte les spécificités des territoires concernés.

Les intervenants ont aussi appelé à faire du Maroc et de la France un foyer permanent d’expérimentation, de mise en commun des réflexions et d’échange d’initiatives concrètes. C'est là le meilleur des moyens pour construire une vision commune entre les deux pays. Ils ont également rappelé la mise en place du Fonds d’Appui aux initiatives Partenariales (FIP) destiné à soutenir des projets de développement local élaborés en partenariat par des collectivités locales marocaines et françaises. A ce jour, cet outil de renforcement concret aura permis de financer quatorze projets.

La présentation de la pratique française de l’intercommunalité est le second thème abordé lors des travaux de ce séminaire. L’Etat français a en effet incité depuis plus de 20 ans la constitution de structures de coopération entre les communes : les "communautés de communes". La vocation d’une telle démarche est d’agir collectivement et de manière concertée en regard d'un territoire cohérent. Ces pratiques d'intercommunalité permettent de mutualiser des moyens humains et des services au profit des populations de toutes les communes impliquées. Cela a aussi demandé la mise en place de nouveaux outils pour assurer la mise en œuvre de politiques transversales.

L’intercommunalité a depuis rejoint les dynamiques de la coopération décentralisée, permettant aux communes de mener ensemble des actions de solidarité internationale autour de thématiques diversifiées. Les intercommunalités françaises sont ainsi devenus des acteurs importants de la coopération décentralisée entre la France et le Maroc.

Les intervenants ont insisté sur le fait que les pratiques d’intercommunalité ont permis aux régions françaises de corriger les inégalités sur leur territoire propre au travers l'expression d’une solidarité intra territoriale. A cette redistribution s’ajoutent aussi le respect de l’autonomie des communes dans la proposition de projets prioritaires ainsi que la réduction des déséquilibres entre les villes ou pôles urbains et les territoires ruraux.

En France, la région joue un rôle d’incitation, de facilitation et de fédérateur. L’expérience française dans ce domaine peut être une valeur ajoutée favorable au renforcement des capacités d’actions locales des collectivités territoriales marocaines à l’horizon de la régionalisation avancée. Un objectif qui ne peut être réalisé qu’en dépassant cette contradiction qui consiste à plaider pour la décentralisation dans les discours et de pratiquer la centralisation dans les faits.

Il convient donc de mobiliser les élus locaux marocains pour qu'ils s'impliquent plus encore dans la mise en oeuvre d'une nouvelle gouvernance issue des pratiques de l'intercommunalité mais dans le respect des réalités fondamentales propres à chaque acteur : si l'Etat engage son action selon le principe du "vouloir faire", l'élu local, lui, inscrit bien souvent son action de terrain sur le seul principe du "pouvoir faire". 

 

A découvrir

Pour contacter la rédaction : notre formulaire en ligne ou Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Sur le web

Suivez
almaouja
La page facebook d'almaouja.com
Abonnez vous à la newsletter almaouja
Combien de jours dans la semaine ?
Nom :
Email :