Menu

Sur la vague du nouveau Maroc

actualités de la région

A Ouarzazate, la gouvernance du tourisme à la recherche d'un nouveau souffle

  • Écrit par La rédaction

La casbah de Taourirte par A. Azizi

Une réunion des professionnels du tourisme s'est récemment déroulée à Ouarzazate afin de faire le point sur cet important secteur économique dont le développement encore cahotique ne cesse d'inquièter. Ce fut l'occasion pour les participants de partager leurs vues entre la satisfaction des uns vis à vis de la reprise de l'activité lors de la récente saison et les incertitudes des autres vis à vis de l'avenir et des stragégies choisies pour atteindre le succès.

Il y a avait bien longtemps que le dialogue n'avait pas été restauré entre les professionnels du tourisme de Ouarzazate. Le délégué au tourisme, M. Mohamed Laghdaf, peut se targuer d'avoir fait oeuvre utile en rassemblant autour de lui les représentants des principales associations professionnelles (maison d'hôtes, hôteliers, restaurateurs, transporteurs, agence de voyage etc...), le président du Conseil Provincial du Tourisme de Ouarzazate ainsi que les représentants de l'autorité publique dont ceux en charge de la dimension sécuritaire.

Officiellement, il s'agissait de répondre à l'exigence des autorités centrales de Rabat qui sembleraient enfin décidées à stopper l'organisation anarchique du secteur. En effet, et malgré l'ancienneté du problème, personne n'est encore parvenu à faire le tri entre les opérateurs touristiques qui ont les agréments administratifs nécessaires et ceux qui agissent en dehors des cadres légaux. Tout le monde connait ce sujet et les complaintes sont régulièrement répétées à l'encontre des faux guides, des transporteurs qui vendent des prestations d'agence de voyage, des établissements d'hébergement qui n'en sont pas etc ... tout un ensemble d'exemples qui viennent fragiliser la professionnalisation du secteur, telle que voulu par le Ministère du tourisme, et ansi amoindrir la qualité de l'offre proposée aux visiteurs.

A découvrir : Le tourisme durable au Maroc : les conditions du succès

Certes, rien n'a été fermement décidé mais l'intention est là et il se pourrait que l'avenir proche permette une saine clarification sur ce point.

Les autres données problématiques du tourisme ont été abordées lors d'un tour de table des participants sans que des solutions nouvelles aient pu émerger.

Si le désenclavement aérien semble en partie résolu par le subventionnement des lignes de la Royal Air Maroc entre Casablanca et Ouarzazate / Zagora, il a été regretté que ce soutien à l'activité touristique intervienne en plein début de la basse saison. Les avions arrivent jusqu'à Zagora mais ils sont vides et c'est assez normal puisque ce n'est finalement pas la bonne période.

Ces investissements font certes bonne figure mais ne servent à rien s'ils ne sont pas reliés à une stratégie d'ensemble qui donnerait envie aux touristes de venir jusqu'à Ouarzazate et d'y rester. C'est là le souhait principal des restaurateurs qui se plaignent encore et toujours que la durée de séjour dans la ville ne dépasse pas l'unique journée.

Comment faire venir plus nombreux les touristes, et comment les faire rester plusieurs jours ?

La réponse n'est pas simple mais les participants n'ont pu que demander, une fois de plus, que l'animation culturelle de la ville puisse se décider et s'organiser de manière concertée et planifiée. Le prochain festival national Ahwach qui se déroulera le 8 aout à Ouarzazate ne vient malheureusement pas montrer le bon exemple puisque son annonce n'a été faite que très récemment et qu'il est quasi impossible dans un tel délais de 3 semaines d'espèrer mobiliser les touristes, ces derniers n'ayant d'ailleurs aucun moyen de trouver l'information relative à ce festival puisqu'aucune communication moderne n'est venue promouvoir ce joyau culturel qui devrait pourtant devenir le phare de toute une région.

Là encore, les professionnels se plaignent d'investissements à perte et l'avenir n'est pas fait pour les rassurer puisque la récente annonce de la construction de plusieurs nouveaux hôtels et restaurants dans deux nouvelles zones touristiques à Ouarzazate et Tarmigte demeure pour beaucoup un choix enigmatique. Cela ressemble à s'y méprendre aux avions qui viendront à vide jusqu'ici si rien n'est fait pour animer et promouvoir comme il le faudrait la destination. Et sur ce plan là, rien de neuf sous le soleil de Ouarzazate. Toujours pas de kiosque d'information touristique en vue, ni de communication internet du territoire, toujours pas de signalisation touristique, ni de carte de la ville et toujours pas de véritable travail collectif entre les professionnels de Ouarzazate ... tout ce qui était attendu depuis des années reste sans réponse.

Halim Sbai, ancien trésorier démissionnaire du Conseil Provincial du Tourisme (CPT) de Ouarzazate, porte un avis plus tranché sur la situation. Selon lui, la confiance n'est toujours pas établie entre les professionnels et l'instance collégiale chargée de les représenter. "Aujourd'hui, le CPT ne réunit plus que 4 personnes sur les 19 légalement nécessaires et rien n'est fait pour préparer le renouvellement. Depuis plusieurs mois, le CPT a terminé son mandat et les dirigeants ne cessent de nous répèter qu'ils attendent le rapport du commissaire aux comptes pour convoquer une assemblée générale. Le temps passe, et rien ne bouge".

La méfiance a manifestement remplacé la confiance. La lettre ouverte des professionnels du tourisme lancée en février 2013 et signée à ce jour par 129 professionnels n'aura rien résolu. La gouvernance locale du tourisme à Ouarzazate reste une affaire conflictuelle alors que ce devrait être un moteur de concertation, de capitalisation et d'innovation au service de l'économie principale du territoire de Ouarzazate.

Saluons toutefois l'initiative du délégué au tourisme qui vise aujourd'hui à faire émerger des solutions de la meilleure manière qui soit, c'est à dire par le dialogue participatif avec les professionnels. A suivre ...

Voir tous les articles de la rubrique

A découvrir

Pour contacter la rédaction : notre formulaire en ligne

Sur le web

Suivez
almaouja
La page facebook d'almaouja.com
Abonnez vous à la newsletter almaouja
Combien de jours dans la semaine ?
Nom :
Email :