Menu

Sur la vague du nouveau Maroc

actualités de la région

Les établissements touristiques labellisés "Clef verte" au Maroc en 2014

  • Écrit par La rédaction

Lancé au Maroc en 2008 par la Fondation Mohammed VI pour la Protection de l’Environnement, le label « Clef Verte » progresse et attire de plus en plus d’établissements touristiques. Cette année 2014, 64 établissements auront été primés, soit 6 de plus que l'année 2013, et pourront ainsi afficher le logo désormais connu qui témoigne de l'implication réelle des professionnels dans une démarche environnementale dynamique. Le label "clef verte" a vu le jour en 2002 sous l'initiative de la Fondation pour l’Education à l’Environnement (FEE). Il réunit à ce jour près de 2100 établissements dans 41 pays et a reçu le soutien du Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE) et de l’Organisation Mondiale du Tourisme (OMT).
Loubna Chaouni Benabdallah est chargée des programmes au sein de la fondation Mohammed VI pour la Protection de l’Environnement et à ce titre là, responsable de la labellisation "clef verte" au Maroc. Elle a accepté de répondre aux questions d'almaouja.com afin de mieux expliquer la nature de cette opération.

Almaouja.com - Le jury dirigé par la Fondation Mohammed VI pour la Protection de l’Environnement vient d’allouer le label Clef Verte 2014 à 64 établissements au Maroc. Pourriez-vous nous expliquer qui compose ce jury et comment il établit sa décision ?

Loubna Chaouni Benabdallah - Le jury est composé de représentants d’organismes du secteur public et privé qui sont concernés par ce label environnement ou impliqués dans son développement, tels que 


- Ministère du Tourisme
- Ministère délégué chargé de l’environnement
- Office National Marocain du Tourisme
- Direction générale des collectivités locales
- Office Nationale de l’eau et de l’électricité
- Agence Nationale de développement des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique
- Fédération nationale de l’industrie hôtelière

Le jury national se réunit chaque année pour l’attribution et le renouvellement du label, dont il est le garant vis-à-vis de la coordination internationale du label qui siège au Danemark. Il est présidé par La Fondation Mohammed VI pour la Protection de l’environnement.

La décision d’octroi ou du retrait du label s’effectue sur la base d’un rapport d’audit et de visites sur site. Les audits sont menés par des experts qui vérifient que les critères du label sont respectés par l’établissement visité. Cet audit est systématique pour les établissements qui ont déposé leur dossier pour la première fois.

Le jury effectue également des visites qui sont des missions d’échange et d’accompagnement des établissements tout au long de l’année. Il les sélectionne au vu du dossier de candidature.

Almaouja.com - L’édition 2014 des lauréats Clef Verte comprend 8 établissements supplémentaires et 3 autres établissements qui ont perdu leur label : pourriez vous nous expliquer comment se décide un tel retrait et concrètement pour les établissements concernés, quelles ont été les éléments qui ont motivé ce retrait ?

LCB - L’adhésion au label est une démarche complètement volontaire. Les établissements qui le demandent considèrent qu’elle leur apporte un plus pour une clientèle sensibilisée à l’environnement, ou bien cela peut correspondre à la conviction de leurs responsables. De ce fait, les établissements qui le demandent sont motivés et la démarche aboutit le plus souvent. Aussi, le taux de renouvellement est fort.

Parfois, pour des raisons qui lui sont propres, un établissement peut décider de ne plus s’engager dans la démarche du label Clef Verte. Cela est peu fréquent toutefois.

Almaouja.com - Depuis 2007, date du lancement au Maroc de l’écolabel Clef verte, avez-vous pu mesurer l’impact sur la commercialisation des établissements ? Les touristes sont-ils sensibles à cette distinction ?

LCB - Il est difficile de mesurer financièrement ou statistiquement les bénéfices du label mais le taux de renouvellement important, qui dépasse les 95 %, montre que les établissements labellisés ont conscience que la Clef Verte leur apporte une valeur ajoutée.

Les touristes sensibilisés à l’environnement font des écolabels un critère de sélection de leur lieu d’hébergement. Cependant, cela reste un critère de second ordre. Le prix reste la variable principale pour la majorité des touristes.

A découvrir : Le tourisme durable au Maroc : les conditions du succès

Almaouja.com - Le nombre des 64 établissements lauréats 2014 est finalement un nombre restreint en regard de la masse des établissements d’hébergement touristiques au Maroc. Comment expliquez-vous cette relative faiblesse ? Est-ce le signe d’un non-intérêt de la part des responsables d’établissements ou bien n’est-ce que le résultat d’un manque d’information ou de pédagogie ?

LCB - Tout d’abord, le label est encore nouveau au Maroc. Il a connu une première phase pilote, menée par la Fondation de 2008 à 2011, afin d’asseoir dans un premier temps l’écolabel au Maroc, puis d’affiner la démarche d’octroi et de suivi. Cela fait deux ans que nous avançons dans la phase de développement.

Avec le soutien de l’Office National Marocain du Tourisme (ONMT) et de l’Office National de l’eau et de l’électricité (ONEE), la progression de la Clef Verte connait un développement certain.

La Clef Verte intéresse des types d’établissements touristiques très variés (hôtels, maisons d’hôtes, auberges, gîtes…) situés dans tout le Maroc, et connait l’adhésion croissante d’établissements de haut standing et de renommée internationale, soucieux de leur image environnementale. Cela est réjouissant pour le développement du label.

La seule voie durable pour le tourisme du Royaume

Pour la Fondation Mohammed VI pour la protection de l'environnement, ce sont déjà des premiers pas très importants. La Fondation n’a pas vocation à gérer ce label sur le plan opérationnel sur le long terme. Elle en est le catalyseur en déclenchant sa mise en place, le facilitateur en faisant de l’accompagnement avec de multiples outils de communication, et enfin elle en est le garant. Son but est surtout de faire prendre conscience aux acteurs du secteur touristique que le développement d’un tourisme responsable et écologique est la seule voie durable pour le tourisme du Royaume. Elle leur propose, au travers ce label, une démarche précise, et un accompagnement positif.

Almaouja.com - Au bout de ces 7 années d’expérience du label Clef Verte au Maroc, quel bilan tirez-vous et quels objectifs vous êtes vous fixés pour l’avenir ?

LCB - La protection de l’environnement est une affaire de tous. Ainsi l’implication de l’ensemble de parties prenantes à l’intérieur comme à l’extérieur de l’établissement touristique, la formation, l’accompagnement, la mise à disposition d’outils de communication permettront sans aucun doute le développement de comportements écocitoyens et le développement d’une activité touristique responsable.

En savoir plus

- La liste des lauréats "clef verte" 2014

- Le site web de la "clef verte" Maroc

- Le site web de la Fondation Mohammed VI pour la protection de l'environnement

 

Voir tous les articles "Actualités"

A découvrir

Lettre ouverte de professionnels du tourisme de Ouarzazate

رسالة مفتوحة من مهنيي قطاع السياحة بورزازات

Le tourisme durable au Maroc : les conditions du succès

المجلس الجهوي لسوس ماسة درعة يلتزم من أجل تجديد قطاع السياحة

Renouveler le tourisme pour le rendre locomotive du développement durable de la région du Sud-Est

المجلس الجهوي لسوس ماسة درعة يلتزم من أجل تجديد قطاع السياحة

 

Pour contacter la rédaction : notre formulaire en ligne

Sur le web

Suivez
almaouja
La page facebook d'almaouja.com
Abonnez vous à la newsletter almaouja
Combien de jours dans la semaine ?
Nom :
Email :