Menu

Sur la vague du nouveau Maroc

à l'écoute

A Ouarzazate, grâce au solaire, innovons vert !

  • Écrit par Jean Pierre Datcharry
  • Affichages : 9396

Jean Pierre Datcharry de Dar Daif à Ouarzazate par A. Azizi

Jean pierre Datcharry, professionnel du tourisme, est partisan d’une cité rayonnante à Ouarzazate et d’un tourisme durable dans la région Sud Est. Sa maison d’hôte Dar Daïf est la première maison certifiée « Clef Verte » au sud de l’Atlas. Aujourd’hui, il plaide pour élargir l’innovation en matière de l’énergie solaire à l’échelle de la ville et de la région pour faire de Ouarzazate une ville durable, un territoire de référence qui allie développement économique, respect de l’environnement et prospérité de la cité grâce au solaire.

Le projet de la centrale solaire à Ouarzazate, initié par Sa Majesté Mohamed VI, est un grand honneur pour notre région. C’est un véritable ouvrage collectif comme le sont les plus grands barrages hydroélectriques. Ce projet représente également une opportunité pour inverser la tendance : notre région reculée, caillouteuse, embourbée dans son désintérêt collectif, mais ensoleillée, pourra bientôt exporter de l’énergie. Donc pour relever ce défi d’excellence, l'esprit d'innovation, de performance, de rigueur et de sérieux seront la principale ligne de conduite.

La conférence sur les défis énergétiques dans l’espace euro-méditerranéen organisée à Ouarzazate est certainement un des plus importants événements pouvant apporter une réponse à la problématique de développement de notre région et à nos souffrances.

Nous devons tous accompagner voir contribuer à l’essor de ce projet : petits opérateurs, entrepreneurs, citoyens de la région, élus, administrations, banques, tous les acteurs sont concernés.

Certes, le challenge de l’écologie n’est pas encore gagné au quotidien, mais les temps et les visions changent si nous nous en donnons les moyens. Nous devons adopter des comportements responsables dans nos consommations de tous les jours notamment de l'énergie et de l'eau pourtant si vitale. Par conséquent, nous pouvons facilement réaliser des économies sur l’énergie qui a un trop grand coût (dans nos budgets qui se réduisent), pour notre facture, mais aussi pour nos communes, la région et pour le pays en général qui supporte la demande croissante en matière d’énergie.

Une approche pédagogique s'impose

La nouvelle orientation vers les énergies propres et renouvelables en l’occurrence le soleil et le vent est à apprendre. Un travail pédagogique est à mener à travers l’organisation régulière des séminaires techniques avec une ouverture sur l'école, la société civile, les particuliers…etc. En parallèle, il faut aussi assurer un accompagnement financier pour l’accès à ces nouvelles technologies pour la population, les entreprises de la région et les communes.

Profitons alors des atouts de notre soleil, particulièrement de ce projet d’énergie solaire et de la dynamique créée pour que Ouarzazate et sa région deviennent une référence du solaire et de l’écotourisme au niveau national et international. Innovons dans la ville, les villages, les écoles, les boutiques, les hôtels, les maisons d’hôtes, les auberges, les transports, les rues, les administrations, chez les particuliers ...

L’écotourisme est facile à mettre en place. C’est un choix tributaire de nouvelles mentalités. Des chaines hôtelières et des grandes enseignes au Maroc l’ont compris et adhèrent à ce programme « vert » de mise à niveau international. En plus du marketing que cela procure, leurs factures d’énergie et d’eau sont leur principal argument.

Et pourtant malgré des campagnes d’informations réalisées à Ouarzazate par le Ministère du Tourisme auprès des professionnels combien d’établissements touristiques aujourd’hui sont ils certifiés par la CLEF VERTE (organisme international représenté par la Fondation Mohamed VI pour la protection de l’environnement) ? Très peu, alors que de grosses économies sont en jeux.

Dans le désert, c’est l’oasis qui a de tout temps attiré l’homme pour s’y installer, pour y faire du commerce. L’homme a d’abord créé l’oasis. Plantons les arbres du désert, des palmiers, des tamaris, des oliviers. Restaurons les vieux villages, les lieux de vie, Taourirt en premier et les nombreux villages satellites qui font l’origine et l’âme de Ouarzazate. N'attendons pas l'UNESCO pour que nos visiteurs internationaux et nationaux s’y promènent, y trouvent le repos du voyageur et découvrent avec curiosité des petits musés, des expositions, des petits cafés et restaurants, des boutiques, des artisans qui travaillent, des revendeurs des produits locaux et certifiés (car nous n'avons pas toujours la meilleure réputation) et une population heureuse.

Soyons exigeants

Soyons fiers de notre cité. Embellissons-la, nettoyons-la. Non seulement l’avenue principale, mais aussi les petites rues, devant nos portes. Rendons la ville plus propre. Nous avons besoin d’humaniser un peu plus la cité, de lui trouver un cachet et bien sur un nouveau souk chaleureux. C’est aussi cela l’éco-citoyenneté. La vie à l'intérieur de la cité doit s'améliorer pour redonner de l'énergie à sa population, de l'espoir à sa jeunesse pour se cultiver, se soigner plus facilement.

Innovons vert grâce au solaire.

En savoir plus

- Le site officiel Dar Daïf

 

Voir tous les articles "A l'écoute"

A découvrir

 

Pour contacter la rédaction : notre formulaire en ligne

Sur le web

Suivez
almaouja
La page facebook d'almaouja.com
Abonnez vous à la newsletter almaouja
Combien de jours dans la semaine ?
Nom :
Email :