Menu

Sur la vague du nouveau Maroc

à l'écoute

"Je rêve que Ouarzazate devienne une cité idéale"

  • Écrit par la rédaction
  • Affichages : 7480

Lahcen Aït Mouh par Abdellah Azizi pour almaouja.com

Almaouja.com lance une série d'entretiens sur le thème : quel avenir pour Ouarzazate ? A chacune des personnalités interrogées, il sera demandé une idée forte et innovante pour renforcer le développement de la ville. Au terme de ces interviews, une synthèse présentera les différents regards ainsi que les propositions innovantes. Aujourd'hui, écoutons Lahcen Aït Mouh.

Originaire de Kelaat M'Gouna, Lahcen Aït Mouh est connu sur Ouarzazate en tant que directeur de l'Ecole Pigier, premier établissement privé d'enseignement ouvert sur la région Sud Est du Maroc en 1988. A cette époque, le seul ordinateur en fonction se trouvait à l'Office de la Mise en Valeur Agricole. Etabli dans un premier temps dans un petit local, l'école s'installe ensuite à partir de 2001 dans un nouveau bâtiment construit pour l'occasion. De 50 étudiants dans les premières promotions, l'établissement reçoit désormais chaque année près de 300 personnes pour une formation de technicien spécialisé dans plusieurs branches dont l'informatique et la gestion. Depuis 2011, l'école Pigier aborde l'enseignement supérieur avec le lancement d'une première promotion de licence professionnelle européenne. Ancien vice-président de la chambre de commerce, ancien président de l'association des jeunes promoteurs de la valle du Drâa, Lahcen Aït Mouh est l'un des acteurs les plus engagés de la société civile de Ouarzazate.

Almaouja.com – Ouarzazate va-t-elle pouvoir devenir un jour une vraie cité ?

Lahcen Aït Mouh - Je constate que dernièrement Ouarzazate est en train de devenir une vraie cité. En fait, nous pourrions dire qu'elle va vraiment le devenir si tous les responsables, et les gens de la ville, y participent sérieusement. A ce jour, seuls quelques secteurs connaissent un réel épanouissement mais tout cela demande encore un grand effort pour parvenir à faire bouger tous les aspects de la ville.

Almaouja.com - Quelles sont selon vous les forces et les faiblesses de Ouarzazate ?

LAM - Ouarzazate a des atouts pour se développer comme son climat, ses populations, ses espaces naturels. Mais le problème principal est son éloignement. Il y a un vrai problème d'accès avec Marrakech et Agadir. Le col de Tichka est un trajet difficile tout comme la voie de Taroudant / Ouarzazate qui n'est pas encore terminée. A cela se rajoute la faiblesse du nombre des vols et de leurs tarifs trop élevés. Tout cela pose d'énormes problèmes et si on travaille sérieusement à éliminer ces problèmes, Ouarzazate parviendra à se lancer très bien.

Il n'y a pas de locomotive

Almaouja.com - Comment expliquez vous l'inertie des élites de Ouarzazate ?

LAM - Il y a un problème en ce qui concerne les représentants de Ouarzazate. Tout le monde discute des problèmes du territoire mais il n'y a pas de locomotive, une personne qui puisse regrouper les idées de tous pour proposer une synthèse et tracer un chemin qui permette à court terme un décollage. D'autres régions ont des leaders qui regroupent ainsi toutes les mentalités du territoire et qui se retrouvent ainsi toutes autour de cette locomotive dans une dynamique où tout le monde participe.

Almaouja.com - Comment changer la donne ?

LAM - Il ne s'agit pas d'attendre de nouvelles élections. Si on attend le changement au niveau politique, on ne s'en sortira jamais car la plupart des gens qui peuvent vraiment faire bouger les choses ne participent plus aux processus électoraux. Il faut que tout le monde bouge. Les associations, les grands établissement administratifs, les élus... tout le monde doit bouger pour se sortir de cette crise.

Almaouja.com - Le grand programme de régionalisation au Maroc peut-il être une chance pour Ouarzazate ? Une possible future région autour de Ouarzazate ne créerait-elle pas l'élan attendu pour engager la mobilisation de tous les ouarzazi dans ce projet collectif ?

LAM - Ce ne sera pas la seule solution mais cela peut donner l'impulsion au renouveau. Ouarzazate a tout pour devenir le chef lieu de cette nouvelle région. Cette décision ne va pas venir facilement. Il y a d'un côté la logique qui compare les villes en matière d'infrastructures, et sur ce plan, Ouarzazate est gagnante. Il peut cependant y avoir d'autres logiques, plus politiques, là ce sera un problème. Si Ouarzazate n'est pas le chef lieu de la future région, Ouarzazate va recevoir un coup très difficile qui va la faire stagner encore pour longtemps.

Lahcen Aït Mouh par Abdellah Azizi pour almaouja.comAlmaouja.com - Ne pourrions nous pas imaginer une mobilisation collective autour de cette ambition de voir Ouarzazate capitale de la future région  ?

LAM - Cela devrait être ainsi mais toujours se pose le problème entre les différents petits groupes d'intérêts qui composent Ouarzazate. Tous ces groupes ne se comprennent pas et ne s'entendent pas alors qu'il faudrait ensemble jouer cette dernière carte pour l'avenir de Ouarzazate. Perdre cette carte, c'est voir la fin de Ouarzazate. Peut être faudrait il faire un forum, une table ronde, une assocation avec un seul point de discussion, faire de Ouarzazate le chef lieu de la future région, avec un dossier fort qui expose tous les projets en perspective comme ceux sur l'énergie avec la centrale solaire et le possible futur institut des énergies renouvelables, le tunnel si celui ci arrive ...

On a tout mais il faut savoir le valoriser

Almaouja.com - Ouarzazate, dans 50 ans ? Comment aimeriez vous voir la ville dans l'avenir pour vos enfants ?

LAM - Je rêve que Ouarzazate devienne une cité idéale, je l'ai imaginé maintes fois. Avec un tourisme écologique, plein de maisons d'hôtes, une agriculture biologique; un grand institut des mines au centre de ouarzazate, des musées des produits locaux, un musée des minéraux.

Je rêve de Ouarzazate avec deux ou trois complexes d'animation touristique, ne serait ce que pour répondre à l'immense nombre des marocains de l'étranger qui reviennent ici chaque année et qui s'ennuient car il n'y a pas d'animation. Il n'y a rien. Pas de piscine, pas d'animation. Pour nos enfants, il n'y a pas de lieu pour passer leur loisir. Et je rêve toujours autour de Ouarzazate de ceintures vertes et beaucoup de végétation dans la ville.

Et le lac aussi, je rêve de le voir exploiter avec des sports, des activités touristiques.

Almaouja.com - Quels conseils donneriez vous aux responsables de la ville ?

Ma suggestion est qu'il faut faire connaitre la ville. On a tout mais il faut savoir le valoriser. Les produits du terroir, les attraits touristiques, la diversité culturelle de nos territoires ... Il faut communiquer. C'est là un grand objectif pour tous les domaines de notre collectivité.

 

A découvrir

Pour contacter la rédaction : notre formulaire en ligne ou  Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Sur le web

Suivez
almaouja
La page facebook d'almaouja.com
Abonnez vous à la newsletter almaouja
Combien de jours dans la semaine ?
Nom :
Email :