Menu

Sur la vague du nouveau Maroc

à l'écoute

Le tunnel de Tichka, rêve lointain ou priorité vitale ?

  • Écrit par Mohamed Azouguigh
  • Affichages : 18175

Une fois de plus, la route du col de Tichka qui relie Marrakech à Ouarzazate a tué. Un bus est tombé dans un ravin après une chute 300 mètres. Le bilan est très lourd : près de 40 victimes décédées et un grand nombre de blessés. Almaouja.com rediffuse le texte de Mohamed Azouguigh qui posait débat sur la nécessité de proposer un autre accès entre les deux villes, une solution qui aujourd'hui s'impose. Plus d'informations sont à venir ...

La région Sud Est du Maroc, comprise entre Ouarzazate, Errachidia et Zagora, peine à se développer en raison principale de son enclavement : peu de lignes aériennes, une seule voie d'accès par le col de Tichka pour un trajet de quatre heures depuis Marrakech sur une route en mauvais état où circulent voitures, camions, taxis et autres transports touristiques. Une solution radicale : un tunnel sous les montagnes de l’Atlas.

Choisissez votre langue

Version française

Les travaux de la route du col « Tizi N’Tichka » ont été commencés en 1924. L’objectif des autorités coloniales était alors la "pacification" du Sud-Est à partir de Ouarzazate qui était un point stratégique pour parvenir à soumettre les tribus rebelles. Comme le raconte si bien le site « Ouarzazate au temps du protectorat », le projet a été mené par le Général Daugan, commandant de la région Marrakech, et  par son successeur le général Huré en collaboration avec le service des affaires indigènes (en savoir plus …). La mise à niveau finale du chantier était accordée à un service marocain nouvellement créé sous le protectorat  "les travaux publics".

Après l’indépendance du Maroc, ce passage deviendra la route nationale n° 9. En raison de l'altitude atteinte de près de 2260 m, des virages successifs et des chutes de neige, la route du col de Tizi N’Tichka est devenue l’une des routes les plus dangereuses du pays. En hiver, la coupure de cette route peut durer près de 20 heures pour un total de 15 coupures par an. De graves accidents ont souvent lieu avec des dégâts matériels et humains. Cette situation entrave la croissance économique de l'ensemble de la région Sud Est pour laquelle Ouarzazate se présente comme la porte d'entrée. Le tourisme, le commerce tout comme l’industrie cinématographique sont ainsi fortement handicapés.

Depuis longtemps déjà ce problème a été soulevé pour devenir au fil des ans une priorité que les responsables vont devoir un jour ou l'autre accepter de traiter. En dépit de fréquentes remises à niveau de son revêtement, la route du col n'a de cesse de se détériorer et il n'est pas rare d'observer de véritables affaissements du sol alors que tous les jours de nombreuses personnes, touristes compris, l'empruntent parce qu'ils n'ont pas le choix.

Une solution radicale pour en finir avec le "Maroc non utile"

Une solution radicale semble inévitable et urgente pour offrir aux usagers une alternative plus sécurisée et plus confortable : la création d’une autre voie routière.

C'est dans cette perspective là qu'une première étude de faisabilité d'un tunnel a été réalisée en 1974. Ce premier geste n’a abouti à rien. Le département des travaux publics a ensuite réalisé une étude financière et géotechnique en 1996. Malheureusement, cette étude se déroula dans un cadre politique délicat à la veille de la nomination du gouvernement de l’alternance en 1998 et resta elle aussi lettre morte. Cette dernière étude cependant nous donne quelques renseignements importants sur l'alternative visée : la distance Marrakech - Ouarzazate pourrait être réduite de 45 km avec un gain de temps de 40 mn pour les véhicules poids léger et une heure pour le poids lourd. Les conditions de circulation deviendraient alors excellentes grâce au tunnel.

En 2006, le conseil provincial de Ouarzazate a adopté une décision pour relancer le projet du tunnel de Tichka. Un bureau d’études de Rabat fut mobilisé. Ce nouveau projet prévoyait la liaison par tunnel entre la commune de Sti Fatma à Elhaouz et le douar Essour dans la commune de Tidili, l'ensemble sur une longueur de 10 km et 300 m et une largeur de 9 mètres et 65 centimètres. Le coût de ce tunnel était estimé à 200 milliards de centimes (selon les estimations de 2006). Il fut dit que la mise en œuvre du projet ne posait aucun problème particulier. Enfin, le Conseil régional de Souss Massa Drâa a intégré le projet du tunnel de Tichka dans sa stratégie économique et sociale pour 2010-2015.

L'enjeu de ce projet du tunnel de Tichka, c'est le désenclavement ou non de la région Sud Est du Maroc comprise entre Ouarzazate, Tinghir, Zagora et Errachidia. Le maintien de cet enclavement illustre le paradoxe d'un Maroc à deux vitesses, ravivant les mauvais souvenirs du « Maroc non utile ». Le constat est là : quatre régions du Maroc, notamment le Grand Casablanca, Chaouia-Ouardigha et Marrakech-Tensift-Al Haouz sont reliées par une autoroute d’une longueur d’environ 550 km et une ligne ferroviaire. Dernièrement, la ville d’Agadir vient d’être reliée au centre du royaume à travers un tronçon d’autoroute d’une longueur de 225 km entre Agadir et Marrakech.

La mobilisation pour le tunnel au nom du défi de la régionalisation

Ici, la question demeure à l'état de débat sans qu'aucun geste fort, symbolique, ne soit déjà venu inscrire la réalisation du tunnel comme un objectif prioritaire. L'urgence est pourtant là, patente et vitale tant le développement économique du territoire est aujourd'hui l'objet de toutes les inquiétudes.

Sans doute faudra-t-il la mobilisation des élites et autres forces vives du territoire, acteurs politiques, économiques,  culturels, associatifs ... pour que ce rêve enfin devienne réalité.

Sans doute faudra-t-il que toutes les villes et les villages concernés se réunissent pour parler d'une seule et même voix et ainsi affirmer ce qui deviendrait le choix d'un destin pour une communauté d'intérêts en regard des richesses et atouts d'un territoire commun de vie.

Ne serait-ce pas là la meilleure des préfigurations de ce Maroc des régions que la nouvelle constitution proposée par le Roi Mohammed VI a dessiné comme ligne d'horizon pour l’ensemble du pays ?

Les populations de la région Sud Est du Maroc, des vallées du Drâa, de Dadés, de Toudgha et de Ziz, berceau du royaume et vivier de richesses patrimoniales et culturelles, méritent cette ambition d’être enfin et pleinement intégrées dans le mouvement vers un nouveau Maroc.

Et vous, qu’en pensez-vous ?

النسخة العربية

مشروع نفق تيشكا، حلم بعيد المنال أم أولوية حيوية ؟

تعرف منطقة الجنوب الشرقي للمغرب، و التي تشمل أقاليم ورزازات، زاكورة، تنغير و الراشيدية، تأخرا كبيرا في مجالات التنمية؛ و دلك بسبب عزلتها على مختلف الأصعدة : رحلات جوية قليلة جدا، طريق وحيدة مارة من تيزي نتيشكا، يستغرق السفر فيها أربع ساعات للوصول إلى أقرب مدن شمال الأطلس الكبير : مراكش، طريق في حالة سيئة تستعملها السيارات الخاصة و سيارات الأجرة و كل وسائل النقل الأخرى، المهنية منها و الخاصة.. و يبدو في الأفق أن الحل الجدري لفك هده العزلة : التعجيل بشق نفق عبر جبال الأطلس الكبير.

 

بدأ العمل في شق مسالك تيزي نتيشكا سنة 1924م، مع المحاولات الأولى لقوات الاستعمار لغزو قبائل الجنوب الشرقي للمغرب، انطلاقا من ورزازات، كمنطقة إستراتيجية لإخضاع القبائل الثائرة. و كان دلك بمبادرة من الجنرال "دوكون" حاكم مراكش، و التي أكملها خلفه الجنرال "هيري" بالاستعانة ب"مصلحة الاستعلامات" التي تحولت فيما بعد إلى "مصلحة شؤون الأهالي" في إدارة الاستعمار الفرنسي بالمغرب. حيث قام جنود الاستعمار بإحداث الطريق غير المعبدة، حيث بدأت الأشغال سنة 1925م و انتهت بحلول سنة 1939م. لتتحمل مصلحة جديدة محدثة بالمغرب في عهد الاستعمار هي "مصلحة الأشغال العمومية" تعديل بعض مساراتها و إنهاء إنجازها.

ليبقى الوضع على ما هو عليه لسنوات طويلة في عهد الاستقلال، حيث تم تسمية هده الطريق الوطنية بالرقم "09" و التي تعتبر إحدى أوعر و أخطر المسالك بالمغرب، بالنظر إلى ارتفاعها الذي يبلغ 2260م، و كدا بمنعرجاتها التي تمتد على مسافة 146 كيلومتر و التي تعتبر السياقة فيها قطعة من جحيم، و تزداد الوضعية خطورة مع كل موسم تساقط الثلوج و الذي يتسم بالانهيارات الأرضية كذلك، مما يتسبب في انقطاع هدا الشريان الحيوي لاقتصاد منطقة الجنوب الشرقي (ورزازات و زاكورة و تنغير و الراشيدية) ما بين 12 و 20 ساعة و لمدة تصل إلى 15 انقطاع في السنة. مما يكلف خسائر هامة في الأرواح و هدر كبير للموارد المادية، ناهيك على التأثير السلبي على القطاعات الحيوية كالتجارة و السياحة و السينما... التي تعيش منها أغلب ساكنة المنطقة،

مشروع النفق كحل جدري للقطع مع مقولة "المغرب الغير النافع"

و يبقى الرهان اليوم هو: هل هناك ارادة لفك العزلة عن الجنوب الشرقي للمغرب الذي يضم أقاليم ورزازات و زاكورة و تنغير و الراشيدية أم لا؟

إن الحفاظ على هده العزلة يوضح بجلاء مفارقة التنمية بالمغرب و التي تسير بسرعتين، و التي توحي كذلك بالمقولة البائسة: "المغرب غير النافع" في الجنوب، و "المغرب النافع" في الشمال. فالحقيقة اليوم، هي أن هناك جهات في شمال المغرب : كالدارالبيضاء، الشاوية ورديغة، مراكش تانسيفت الحوز، فاس بولمان... تصل بينها طرق سيارة و خطوط سكك حديدية.. في حين تنعدم كليا في الجنوب الشرقي.

فما رأيكم أنتم؟

Voir tous les articles "A l'écoute"

A découvrir

apiculteur-indexLe discours du Roi devrait résonner jusqu'en Israël, et plus encore ...

يجب أن يتردد صدى خطاب الملك حتى إسرائيل و أبعد من ذلك...

 

Pour contacter la rédaction : notre formulaire en ligne

 

Sur le web

Suivez
almaouja
La page facebook d'almaouja.com
Abonnez vous à la newsletter almaouja
Combien de jours dans la semaine ?
Nom :
Email :