Menu

Sur la vague du nouveau Maroc

à l'écoute

Une femme qui milite pour le droit et la dignité des anciens mineurs marocains Nord-Pas-de Calais

  • Écrit par la rédaction
  • Affichages : 10060

Josette Breton par A. Azizi

Mme Josette Breton, ex-enseignante, membre fondatrice et vice-présidente de l’Association des Mineurs Marocains Nord-Pas-de Calais (A.M.M.N), a vécu de près les problèmes et le combat des anciens mineurs marocains qui luttent pour le droit et la dignité. Elle porte un témoignage vivant sur une époque et une catégorie de personnes, en l’occurrence les mineurs marocains, qui sont presque oubliés.

Je suis intimement liée à l’histoire des mineurs marocains qui ont travaillé dans les houillères au Nord-Pas-de-Calais en France. Le hasard m’a mis sur leur chemin. C’était au début des années quatre vingt que j’ai commencé à leur assurer des cours d’alphabétisation. Ce qui m’a permis de m’intéresser à leur origine, à leur mode de vie et à leurs croyances pour mener à bien pédagogiquement leur apprentissage en matière de langue française. Un volet que j’ai traité dans ma pièce théâtrale “Mémoire d’un mineur Marocain dans les Houillères du Nord-Pas-de-Calais”.

L’arrivée en masse des mineurs marocains m’a interpelé. Pour les français, c’était la fin de la fosse. Je n’ai pas compris tout de suite ce qui se passait. En creusant, j’ai compris que c’était la fermeture proche des mines en France. Le recrutement massif des mineurs marocains était une manière d’entamer la fermeture des mines en douceur. J’avais compris qu’il y avait quelque chose qui se nouait. J’avais même découvert que lors de leur recrutement, ces mineurs avaient des consignes de dire qu’ils n’étaient jamais allés à l’école et qu’ils ne parlaient pas le français. Une mesure préventive dictée par la crainte de tout éventuel esprit de contestation. Mais ils ont commencé à être conscients de leurs droits grâce à certains mineurs qui se rapprochaient des syndicats. Ils revendiquaient alors le même statut accordé à leurs homologues français. Ces gens ont réussi à se mobiliser. Les mineurs ont mené un combat à travers des grèves et des manifestations pour faire connaitre leur cause et décrocher leurs droits.

Faire connaitre cette histoire aux enfants des mineurs

Josette Breton en théâtre à Ouarzazate par A. AziziJ’ai vécu leur histoire de de A à Z : les moments de fermeture des mines, de grève, de manifestations ... C’était très dur. Les mineurs marocains s’étaient retrouvés seuls face à des procédures administratives auxquelles ils n’étaient pas habitués. Eux qui étaient en majorité des berbères illettrés. Malgré tout, ils ont signé le plan social en absence de tout interprète ou délégué syndical. Ils étaient contraints voir même menacés de signer un plan social qu’ils n’avaient pas du tout compris. Pire, ils signaient en même temps et à leur insu l’abandon de leurs avantages en nature notamment le logement et le chauffage gratuits. Si la reconversion échouait, ce qui allait être le cas, ils se trouveraient complètement en dehors des mines et les acquis liés à leurs statuts de mineurs seraient aussi perdus. Aujourd’hui, on vit le début des expulsions parce qu’ils continuent à vivre dans des logements auxquels ils n’avaient plus droit.

Alors, je les ai soutenus dans leur combat depuis le début. J’ai décidé de faire connaitre leur histoire par mes propres moyens en l’occurrence le théâtre. L’exemple d’une action de solidarité avec des mineurs en grève à qui nous avions versé les revenus de la représentation d’une pièce théâtrale jouée dans certaines villes en France. Je suis également membre fondatrice de l’Association des Mineurs Marocains Nord-Pas-de Calais (A.M.M.N). L’objectif était d’aider ces mineurs à se regrouper pour défendre leurs droits.

J’ai vécu toutes les étapes de ce fameux plan social qui est un échec total. C’était une farce en quelque sorte. Je suis convaincue de cette méconnaissance dont les mineurs marocains ont été victimes ; regrouper des gens dans les ghettos n’est qu’une sorte d’infériorisation et de mépris de cette catégorie. Par conséquent, on récolte les fruits amers de ces actes irréfléchis. Or en France il y a des lois contre la discrimination qu’il faut mettre en œuvre.

Pour le théâtre, il est pour moi un moyen qui m’a permis de faire connaitre cette histoire aux enfants des mineurs à travers des tournées dans les lycées en France. Ces jeunes ne savaient rien de l’histoire de leurs parents. Après, ils étaient bouleversés par ce manque de respect de la part de la France à leurs familles. Dans ce cadre, j’invite tous les créateurs d’exploiter l’écriture, la musique, la peinture, le théâtre, et les autres formes d’art pour faire connaitre l’histoire de ces gens et contribuer à leur rendre justice.

L’émigration en France n’est pas un paradis

Enfin, je tiens à rappeler que la caravane des mineurs marocains du Nord-Pas-de-Calais au Maroc a un double objectif. Le premier est de faire connaitre la mémoire des mineurs à toute la population locale et à montrer aux jeunes générations que l’émigration en France n’est pas un paradis. Notre association veut aussi rencontrer les anciens mineurs, connaitre leur situation, faire un bilan de santé et réactualiser leurs droits. Au terme de cette caravane, nous allons procéder à l’écriture d’un livre blanc dans lequel nous allons interpeler et les autorités françaises et les autorités marocaines pour assumer leur responsabilité afin d’aboutir à une solution définitive, juste et équitable dans ce dossier.

Nous sommes déterminés à défendre les anciens mineurs marocains et à les soutenir. Nous avons également l’intention et la volonté d’établir des relations voir des partenariats avec les responsables marocains pour coopérer afin d'atteindre ensemble un objectif commun : rendre la dignité et les droits aux anciens mineurs marocains qui méritent un grand hommage.

A découvrir

Sur almaouja.com : Ricardo Montserrat, un artiste engagé aux côtés des mineurs marocains

Sur almaouja.com : en images, les mémoires d'un mineur marocain dans les houillères du Nord Pas de Calais / pièce de théâtre

- Sur almaouja.com : la caravane des mineurs marocains du Nord-Pas-de-Calais

- Sur almaouja.com : Abdellah Samate, une figure illustre du combat des mineurs marocains en France

Présentation officielle de la caravane

Programme de la caravane

Dans la presse : article de l'Observateur

 

A découvrir

Pour contacter la rédaction : notre formulaire en ligne ou Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Sur le web

Suivez
almaouja
La page facebook d'almaouja.com
Abonnez vous à la newsletter almaouja
Combien de jours dans la semaine ?
Nom :
Email :