Menu

éclairages

Les élections 2015, l'épreuve de vérité pour le Maroc

  • Écrit par Hayat Bennani

Début septembre 2015 se dérouleront au Maroc les élections communales et régionales. L'enjeu de ces deux rendez-vous démocratiques est particulièrement important pour le Maroc. Mme Hayat Bennani est ancienne élue communale de Ouarzazate et actrice engagée de la société civile locale. A l'invitation d'almaouja.com, elle nous apporte son éclairage sur la nature de ces enjeux. Il s'agit selon elle en effet de faire vivre dans les territoires du Maroc et au sein de la population l'esprit insufflé par la nouvelle constitution marocaine et par la régionalisation.

Almaouja.com - Les prochaines élections communales vont se dérouler au Maroc au mois de septembre 2015. Pouvez-vous nous expliquer en quoi ce rendez-vous est important pour les marocains dans leur quotidien comme pour l'avenir de leur pays ?

Hayat Bennani - Les marocains et marocaines attendent beaucoup de ces prochaines élections locales car elles seront pour nous le premier rendez-vous collectif après l'adoption de la nouvelle constitution de juillet 2011. Ces élections prochaines constituent donc un fait majeur dans le processus démocratique initié par la nouvelle constitution. C’est aussi une étape qui va être pour la classe politique un véritable examen puisqu'elle doit prouver aux yeux de tous qu'elle a bien assimilé les apports et avancées de la nouvelle constitution. Cette élite politique doit justement contribuer à faire évoluer le paysage politique marocain qui aujourd'hui est émietté et fait de querelles entre les partis politiques. Ces partis politiques auxquels on reproche de n’avoir plus d’impact sur les citoyens, qui n’encadrent plus personne, ne forment plus de militants et ne proposent plus d’avenir et reproduisent tous les mêmes discours dans lesquels les marocains ne s’y reconnaissent pas.

Ces élections seront un rendez-vous crucial où toutes les forces vives du Maroc vont devoir se mettre en harmonie avec la nouvelle constitution et faire vivre une véritable démocratie.

Obligation est désormais faite de mettre le citoyen au cœur de toute politique publique

Almaouja.com - Qu'est-ce que cette nouvelle constitution apporte concrètement ?

Mme Hayat BennaniHB - La nouvelle constitution apporte beaucoup de choses qui n'existaient pas avant et le plus important est l'obligation faite désormais de mettre le citoyen au cœur de toute politique publique.

Cette obligation doit s'exprimer par le renforcement de la démocratie participative et par la reconnaissance du rôle de la société civile. La loi fondamentale a introduit pour cette dernière le droit de présenter des pétitions ou des motions aux instances élues, lui permettant ainsi de participer à l'élaboration, la mise en œuvre et l'évaluation des politiques publiques.

La nouvelle constitution fait des Conseils Communaux des leviers de développement local. Or ce développement local ne saurait se concrétiser sans démocratie locale, particulièrement dans la perspective où les collectivités territoriales vont recevoir des pouvoirs plus élargis dans le cadre de la régionalisation.

Enfin, la nouvelle constitution prévoit la constitutionnalisation des Instances de régulation et de bonne gouvernance que sont par exemple le CNDH, le CSEE, le Médiateur etc. Le Gouvernement doit actuellement veiller à articuler l'action de ces institutions avec les pouvoirs exécutifs et législatifs afin de renforcer la responsabilisation et le contrôle pour plus d’efficacité dans la mise en place des stratégies et des politiques publiques.

En conséquence, il faut donc donner corps à ces nouvelles dispositions constitutionnelles, les textes ne valent pas si elles ne sont pas exercées en réalité.

Nous pouvons donc affirmer que ces prochaines élections ne seront pas comme les autres élections du passé. Elles seront pour le Maroc l'épreuve de vérité, en premier lieu pour les élites politiques.

Almaouja.com - Comment parvenir concrètement à relever ce défi ? Quels sont les enjeux réels portés par ces élections ?

HB - Le premier enjeu de ces élections est celui de leur organisation. Il concerne la qualité des textes juridiques et/ou des Lois Organiques qui gèreront les opérations électorales. Ces Lois doivent garantir des priorités capitales notamment la transparence, l’égalité des chances, la concurrence loyale entre candidats -es- et la neutralité de l’administration territoriale.

Le deuxième enjeu concerne la révision des listes électorales. Leur mise à jour a été effectuée. Le découpage administratif devrait être neutre afin de garantir l’égalité des chances. La neutralité de l'administration territoriale s'impose afin d'assurer l’émergence de collectivités territoriales plus fortes et concernées véritablement par la politique de proximité.

Le taux de participation sera l'enjeu principal

Le troisième enjeu est le taux de participation, enjeu très important, car il y a lieu de craindre une désaffection des électeurs lors de ce rendez-vous électoral. Le taux de participation est à mon avis l’enjeu principal car c’est lui qui évalue l’approbation ou le refus du système politique et qui décide de sa crédibilité et de celle des établissements représentatifs et du respect des droits et libertés des citoyens. Garantir les conditions d’élections libres et transparentes passe par le respect de la volonté politique des citoyens et par la garantie et la qualité des réformes juridiques préalables institutionnalisant à une vraie démocratie.

Les partis politiques ont une responsabilité fondamentale pour la réussite de ces élections. Ils doivent contribuer à créer un climat d’entente dans la préparation des élections de manière à ce qu'il n'y ait pas de controverses. Ils doivent surtout nommer des candidats et candidates de qualité en privilégiant la compétence et l’intégrité des hommes et des femmes afin de reconquérir la confiance des électeurs.

Enfin, ces partis doivent apporter la garantie de rompre avec les comportements du passé en bannissant la corruption des votes et l’achat des voix.

Le défi de réconcilier le citoyen avec sa commune

Almaouja.com - Quels sont pour les communes du Maroc les thèmes qui vont devoir être débattus en priorité ?

HB - Les collectivités territoriales sont aujourd’hui en face d'un défi majeur : la réconciliation du citoyen avec sa Commune. C'est pourquoi il faut repenser la gouvernance locale et exiger l’application d’une gestion saine des affaires communales basée sur l’observation et l’adoption d’un ensemble de règles de bonnes pratiques en termes de responsabilité de l’organe de gouvernance, de contrôle interne, de gestion des conflits d’intérêt, de transparence et de diffusion de l’information.

La mise en place effective d’un système d’information et de gestion et de contrôle interne est nécessaire.

Il faut savoir que la gestion désastreuse des Communes figure parmi les principales causes d’abstention des électeurs, puisque nombreux sont les rapports de la Cour des Comptes et ceux de l’Inspection Territoriale du Ministère de l’Intérieur qui pointent l’incompétence et la mauvaise gestion, voir la corruption de certains élus. Les communes doivent s'auto-évaluer afin de faire le bilan du travail réalisé à tous les niveaux. Les Elus et le personnel communal doivent s'engager dans ce processus pour mieux connaitre l'impact de leur travail sur la vie du citoyen. Là encore c'est une disposition de la nouvelle constitution : lier la responsabilité à l'évaluation et au rendre-compte.

Un dernier thème prioritaire sera de donner plus de pouvoir aux collectivités territoriales en matière de fiscalité. A notre époque, les Communes ont des spécificités propres à leur territoire et la fiscalité locale doit ainsi s'y adapter. Si l'on prend l'exemple de Ouarzazate, la présence du cinéma est une singularité qui doit se refléter dans le budget communal.

Almaouja.com - Quelles sont les priorités en terme de projet de développement pour les communes du Maroc ?

HB – A mon avis, il y a 3 priorités pour les collectivités locales :

1- la représentativité de la femme : le Gouvernement est tenu de combattre toutes les formes de discrimination et de violence à l’encontre des femmes tout en œuvrant pour l’application de l’article 19 de la nouvelle constitution qui annonce la parité progressive et l’amélioration de la représentativité des femmes dans les instances élues au niveau local, régional et national afin de donner un sens au principe de parité dans toutes ses formes et pour l’instauration de l’égalité entre les sexes.

2- La participation des jeunes : chaque Commune doit disposer d'une vision stratégique pour la jeunesse, au niveau de leur formation, de leur insertion dans le marché du travail mais surtout en regard de leur épanouissement. Les communes doivent ainsi prévoir des politiques culturelles, sportives, sociales, tout ce qui concoure au bien être des jeunes dans leur territoire de vie.

3- La mise en valeur du rôle économique des collectivités territoriales : cela rentre dans la nouvelle conception des attributions des collectivités territoriales. Elles sont donc appelées à élaborer des stratégies pour la promotion de l’économie locale, et donc à développer des projets générateurs de revenus pour la commune et en même temps générateurs d’emplois pour sa jeunesse. Ceci passe par l’aménagement de zones industrielles, le marketing territorial, le renforcement des opportunités d’investissement local et même national et international, l’investissement dans l’immobilier et enfin par l’amélioration de la qualité des services de la commune.

L'élection des élus communaux : un moment majeur dans la vie des citoyens

Almaouja.com - Comment aborder ce rendez-vous électoral ?

HB – J’ai parlé des défis que doivent relever les partis politiques, c’est-à-dire une mobilisation honnête et transparente des citoyens, un choix judicieux de candidats et candidates compétents -es- et intègres, la présentation de réformes juridiques des textes en vigueur, la mise en valeur de projets citoyens pouvant intéresser et impacter fortement sur la population.

L'élection des élus communaux constitue un moment majeur dans la vie des citoyens. Ce choix doit se faire dans un processus de libre choix, de transparence et d’égalité de chance. La société civile doit prendre part au processus électoral du début à la fin, de l'inscription aux listes électorales à la proclamation des résultats, en passant par le jour du scrutin. Sa présence sur le terrain est obligatoire pour le suivi des opérations et aussi pour former et encadrer les populations sur les enjeux des élections.

Il faut sans cesse redire que la nouvelle constitution exige une plus grande qualité de tous dans ce processus fondamental de la vie du Maroc. Et même si notre démocratie n'est pas encore parfaite, nous devons profiter de toutes les avancées.

Tous ensembles, nous réussirons à faire vivre ce nouveau Maroc déjà présent dans le texte de la constitution.

A découvrir : Le Roi Mohammed VI appelle les marocains à une révolution citoyenne

Voir tous les articles de la rubrique

Soutenir almaouja.com

A découvrir

Au temps des élections, Ouarzazate dessine son avenir

ورزازات ترسم معالم مستقبلها في الانتخابات المقبلة

 

Pour contacter la rédaction : notre formulaire en ligne

 

Suivez
almaouja
La page facebook d'almaouja.com
Abonnez vous à la newsletter almaouja
Combien de jours dans la semaine ?
Nom :
Email :