Menu

Sur la vague du nouveau Maroc

éclairages

Graine d'ingénieur solaire à la Faculté de Ouarzazate

  • Écrit par La rédaction
  • Affichages : 7620

Voiture solaire à la Faculté de Ouarzazate par A. Azizi

Redouane El Ferrare a 21 ans et est originaire d'Agadir. Mohamed Ikkiss est lui âgé de 22 ans, il est natif d'Ouarzazate. Tous deux sont étudiants de la filière énergies renouvelables à la Faculté Polydisciplinaire de Ouarzazate. Ils viennent de clore leur 3 années d'études et s'apprêtent à recevoir leur diplôme. Dès maintenant ils préparent la suite en direction d'un master et puis d'un doctorat, vers Tanger, Casablanca ou Agadir. Ils vont donc quitter Ouarzazate mais ils laisseront aux nouvelles générations d'étudiants un souvenir qui sans aucun doute attirera le regard de tous et délivrera à chacun le même message de motivation et de créativité.

A lire : Etre étudiant à Ouarzazate et réaliser son rêve : c'est possible !

En effet, et à l'inverse des autres étudiants qui toujours engagent leur mémoire de clôture dans le traitement théorique d'un sujet particulier, Redouane et Mohamed ont préféré s'inscrire dans le réel et donner à voir ce à quoi peut bien concrètement servir les énergies renouvelables : ils ont réalisé une mini voiture solaire électrique en guise de projet de fin d'études.

La voiture solaire de Redouane El Ferrare et Mohamed Ikkiss par A. AziziPas une voiture clinquante qu'on aurait peine à approcher de peur de l’abîmer ni même un prototype sophistiqué qui n'aurait de place que dans une vitrine, non, une voiture pour de vrai, avec ses phares, son volant, sa première vitesse, sa marche arrière, ses freins. Un charmant tacot fait de bric et de broc qui s'en va gaiement au rythme de ses 20 Km/heure, avec sa carrosserie en bâche plastique, histoire de faire moins lourd, tendue autour du son siège conducteur, et ses 2 panneaux solaires dont l'un est déployable d'un tour de manivelle, l'ensemble s'inclinant pour suivre l'orientation du soleil.

Il leur fallu 4 mois pour réaliser leur prototype et l'aide d'un artisan de la zone industrielle qui les a laissé utiliser son atelier. Une fois le plan dessiné, ils ont réuni une à une les pièces nécessaires en piochant dans les étalages du souk de Ouarzazate. Deux vieilles batteries, des roulements classiques trouvés dans les magasins pour mobylettes, un châssis en fer. Ils auraient certes aimé se servir de panneaux solaires flexibles mais il était impossible d'en trouver sur Ouarzazate. Ils ont donc fait avec ce qui était disponible. Tout cela leur aura coûté près de 10.000 Dhs, de longues heures de travail dans leur atelier de fortune, et au bout du compte, ils ont la fierté de voir leur nom et l'image de leur véhicule dans de nombreux media marocains.

Mohamed Ikkiss et Redouane El Ferrare de la Faculté de Ouarzazate par A. Azizi

Redouane avait bien quelque appréhension en arrivant d'Agadir pour entamer ses études dans cette ville de Ouarzazate perdue au bout du Maroc. L'ennui souvent le prenait à la gorge, mais peu à peu il a goutté la tranquillité du territoire et la sympathie de sa population. Et c'est peut être même cette douce inertie qui les a amené à se débrouiller pour aller au bout de leur objectif.

Les voilà désormais avec un CV bien agrémenté par cette première initiative. Ils ne savent pas vraiment ce qu'ils veulent faire plus tard comme métier si ce n'est qu'il y aura forcément de l'énergie renouvelable car cette thématique les enthousiasme, et c'est presque timidement qu'ils envisagent la possibilité de se retrouver un jour ingénieur de la centrale solaire Noor.

A lire : Ouarzazate s'est faite belle pour accueillir Noor

D'ici là, ils auront construit leur voiture solaire grandeur nature, ils auront participé à des compétitions internationales, et ils auront rencontré d'autres de ces jeunes marocains porteurs d'audace, faiseurs de fierté et créateurs, pour de vrai, d'un nouveau Maroc.

La voiture solaire de Ouarzazate par A. Azizi

Leur voiture, elle, devrait rester à Ouarzazate dans les murs de la Faculté, donnant à ses nouveaux étudiants l'envie de faire mieux encore, leur témoignant du plaisir de faire même avec les moyens du bord, leur prouvant la nécessité de faire un pas, même petit, dès lors où il nous engage sur le chemin qui mène à nos rêves.

En savoir plus

Etre étudiant à Ouarzazate et réaliser son rêve : c'est possible !

A découvrir

 

Pour contacter la rédaction : notre formulaire en ligne

Sur le web

Suivez
almaouja
La page facebook d'almaouja.com
Abonnez vous à la newsletter almaouja
Combien de jours dans la semaine ?
Nom :
Email :