Menu

Sur la vague du nouveau Maroc

éclairages

Le travail syndical, une nouvelle approche où le dialogue l’emporte sur la confrontation

  • Écrit par Abdeljalil Didi
  • Affichages : 4412

Atelier syndicalisme par la GIZ à Ouarzazate - A. Azizi

La GIZ a organisé un atelier de concertation sous le thème de « le rôle du dialogue social dans le développement économique local » le 29 juin 2013 à Ouarzazate. L’accent a été mis sur la nouvelle approche du travail syndical qui instaure le principe d’une relation de dialogue constructif entre les syndicats et le patronat.

Cette relation de dialogue met fin au rapport conflictuel entre ces deux acteurs. Plus de tension ni de bras de fer. Le dialogue permet de bannir la confrontation. Dans cette nouvelle approche, le rôle des syndicats n’est pas seulement réduit à négocier avec le patronat en privilégiant le dialogue et l’entente, mais aussi à participer à l’élaboration voir à la mise en place des politiques de développement économique local. Le travail syndical en Allemagne a été cité comme un bon exemple. C’est le modèle d’un dialogue social en pratique qui a réussi à instaurer la paix social et le développement économique à l’échelle du pays.

Le concept du travail syndical en Allemagne est dynamique dans la mesure où les syndicats renouvellent durablement leurs concepts et leurs références. L’objectif est d’anticiper les nouvels enjeux et par conséquent assurer un développement économique durable et équitable. C’est une logique de gagnant-gagnant tant pour les syndicats et les employés qu’ils représentent que pour les entrepreneurs ou les investisseurs.

Pour sonder la réaction et le point de vue des syndicats locaux, très présents dans cet atelier, almaouja.com a interrogé Mr Omar Oubouhou, secrétaire provincial à Ouarzazate de la Confédération Démocratique du Travail (CDT).

Almaouja.com - Dans la nouvelle approche du travail syndical c’est le dialogue qui prime entre les syndicats et le patronat. Croyez-vous qu’il est possible d’adopter concrètement cette approche et la faire réussir au niveau de Ouarzazate ? Autrement dit, la tension et l’affrontement pourraient-ils disparaïtre entre ces deux parties ?

Omar Oubouhou : certains patrons répondent bien à ce principe de négociation et de dialogue fructueux à l’échelle locale. Cependant l’affrontement règne à Ouarzazate entre les syndicats et le patronat. Ces entrepreneurs ou investisseurs ont une mauvaise intention et manquent de professionnalisme particulièrement dans le secteur du tourisme. De nombreux établissements hôteliers sont vétustes et présentent des services très médiocres. Mais d’autres facteurs extérieurs contribuent également à l’affaiblissement de ce secteur notamment l’enclavement de la région.

Dans le secteur minier, les entrepreneurs refusent toute culture de dialogue et de négociation. Ils privent leurs employés des droits les plus simples. Il y a quelques exemples d’entreprises, rares d’ailleurs, où les responsables sont ouverts au dialogue.

Omar Oubouhou du syndicat CDT par A. AziziAlmaouja.com - Peut-on être optimiste et dire qu’il y a une chance de réussir cette nouvelle approche en optimisant les quelques exemples d’entreprises que vous venez de citer et qui sont ouverts au dialogue ?

OO - Cela demande du temps et une intervention de la part des responsables publics pour imposer le respect de la loi. Le contrôle du domaine de l’emploi à Ouarzazate est devenu incontournable pour assurer l’application des lois en vigueur et le respect des droits légitimes des employés. Le patronat doit être amené à se rendre compte qu’il n’est pas au dessus de la loi. Mais la question qui se pose est : est-ce que les différents ministères de tutelle et les responsables publics locaux sont conscients de cette nouvelle approche ? Est-ce qu’ils ont une vraie volonté d’améliorer la situation et déclencher un dynamique de développement local ?

Almaouja.com - Vous ne voyez pas qu’il y a une urgence de réunir toutes les parties concernées notamment le patronat et les syndicats en partant du principe d’un dialogue constructif qui aboutirait à la mise en place d'une feuille de route à court ou à moyen terme dans l’objectif de garantir la paix social et le développement économique de la région ?

OO - C’est notre principale revendication : ouvrir un débat sérieux et responsable qui respecte à la fois les intérêts du patronat et ceux des employés. Mais le patronat reste obstiné.

Almaouja.com - Quel jugement pourriez-vous porter sur cette nouvelle approche du travail syndical en la reliant au contexte national et local en particulier : théorique, idéaliste, réalisable… ?

OO - Pour le moment, nous ne pouvons pas porter un jugement objectif sur cette nouvelle approche. Nous venons de la découvrir. Cependant je crois qu’elle nous permettra, patronat et syndicats, de nous former aux nouveaux principes du dialogue et de négociation mutuelle. Il nous appartient alors de faire un diagnostic exhaustif sur la situation au niveau local.

Malheureusement l’absence des responsables publics et du patronat dans cet atelier rend toute réflexion collective impossible.

 

 

A découvrir

Pour contacter la rédaction : notre formulaire en ligne ou  Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Sur le web

Suivez
almaouja
La page facebook d'almaouja.com
Abonnez vous à la newsletter almaouja
Combien de jours dans la semaine ?
Nom :
Email :