Menu

Sur la vague du nouveau Maroc

éclairages

Ouarzazate, le chantier d'une cité d'avenir

  • Écrit par La rédaction

Abderrahman Drissi de Ouarzazate par A. Azizi

L'année 2013 est lancée. Chacun dans leur fonction, les grands acteurs de la vie de Ouarzazate répondent aux questions d'almaouja.com pour poser bilan de leur action passée et dresser les lignes de travail qui les attendent sur l'année en cours. Président du conseil municipal de Ouarzazate depuis 2009, Moulay Abderrahman Drissi inaugure ce nouveau dossier "éclairages" et nous fait partager sa vision d'avenir pour une cité en plein essor.

Almaouja.comQuel bilan posez-vous de l’action municipale depuis le début de votre mandat ?

Abderrahman Drissi - De nombreux chantiers ont jalonné ces trois dernières années depuis ma prise de fonction en juin 2009. Il faut se souvenir que lorsque nous avons entamé notre mandat, nous avons découvert que le budget municipal était lourdement déficitaire. Nous avons donc décidé avant toute action de poser un diagnostic de la situation, puis nous avons mené une étude participative qui a permis d'aboutir à l'élaboration d'un plan de développement communal. Ensuite, différentes études ont dû être menées sur chaque projet identifié pour permettre alors de rechercher les fonds nécessaires auprès de nos partenaires habituels comme le Conseil provincial, le ministère de l'Intérieur ou le Conseil régional Souss Massa Draa.

Répondre d’abord aux priorités de base

C'est ainsi que nous avons pu mettre en œuvre toutes les réponses aux problèmes de la ville. Il faut bien comprendre que la municipalité ne pouvait rien faire avec son seul budget de base qui, en 2009, se montait à 37 millions de dirhams même s'il atteint aujourd'hui les 52 millions de dirhams.

Notre première priorité a été de rénover les quartiers de Ouarzazate pour que les habitants et les visiteurs de passage se sentent vraiment dans une ville et non plus dans un douar. Cela concerne la collecte des ordures ménagères, la voirie et l'assainissement. Ensuite, nous avons choisi de lancer des grands projets structurants comme le nouveau centre culturel, le nouvel abattoir ou les espaces de loisir.

Voirie et assainissement

Nous avons ainsi pu nous occuper de 19 quartiers, dont 3 qui avaient de gros problèmes d'assainissement : les quartiers d'Aït Kedif, Fedragoum et Tamasinte. Fin janvier 2013, ces 3 quartiers verront la fin des travaux d'assainissement et nous pourrons entamer les travaux de voirie et de pavage. D'autres quartiers, comme Sidi Daoud et Taourirte, ont vu la remise en état de leur voierie et le pavage des petites ruelles. Toutes ces opérations sur les 19 quartiers devraient être terminées courant de l'année 2013.

Les chantiers de Ouarzazate par A. Azizi

Ensuite nous avons dû nous charger de la casbah de Taourirte qui est le symbole de la ville. A notre arrivée, nous avions trouvé une situation inquiétante avec la dégradation importante de certaines de ses parties. Nous recherchons à ce jour un budget de 12 millions de dirhams pour réaliser la réhabilitation de ce monument patrimoine de Ouarzazate. Les travaux devraient commencer le mois prochain et durer près de 8 mois.

Le pavage des rues de Ouarzazate par A. Azizi

Sur un autre secteur, tout aussi important, nous nous sommes donnés comme objectif de créer un véritable quartier industriel digne de ce nom, avec de l’éclairage public, une voirie de qualité et un assainissement complet. Les études sont quasi finies et le marché devrait être lancé au mois de février pour un budget de 21 millions de dirhams.

Pour le problème de la station d’épuration, nous avons décidé de la changer de place afin de résoudre les problèmes d'odorat. Le budget de 120 millions de dirhams est presque bouclé. Le chantier va commencer courant de l'année 2013.

Enfin, la route de Skoura va devenir une double voie grâce là à l'appui du MASEN et du ministère de l'équipement.

Le nouveau centre culturel de Ouarzazate par A. Azizi

Culture et loisir, santé et social

En partenariat avec le Ministère de la culture, nous allons finir le vaste chantier du nouveau centre culturel qui était à l’arrêt depuis un certain temps et qui va offrir à la ville un équipement culturel de qualité digne d'une grande ville. Les gros œuvres sont presque finis et il reste à couvrir les équipements qui vont couter 22 millions de dirhams. Le ministère de la Culture va faire un apport de 8 millions de dirhams. Nous prévoyons une inauguration courant de l'année 2013. Le centre sera géré conjointement par le ministère de la Culture et la Municipalité. Il offrira au public une salle de spectacle ou de conférence d’une capacité de 600 places avec des espaces dédiés aux expositions, aux réunions de séminaire et une grande bibliothèque.

Le nouveau parc public de Ouarzazate par A. Azizi

Le zoo se transforme en parc public pour les enfants et les familles avec des espaces de jeux et de détente, comme des manèges et l'installation d'un petit lac pour des animations aquatiques. La municipalité a déjà versé 3 millions de dirhams et nous recherchons encore 2 millions de dirhams pour boucler l'opération. L'INDH (Initiative Nationale pour le Développement Humain) devrait être partenaire et le lieu sera ouvert au public vers le mois d'avril 2013.

Pour ce qui concerne le sport, nous avons déjà réalisé deux terrains de proximité et deux autres sont en construction avec le soutien de l'INDH (Initiative Nationale pour le Développement Humain). En plus de l'appui aux équipements, la municipalité mobilise chaque année un budget de près de 800.000 dirhams pour soutenir l'action associative sportive.

Pour les autres secteurs associatifs, culturel, éducative, social ou humanitaire, nous engageons aussi chaque année une enveloppe financière de près de 1.500.000 dirhams qui permet à 91 associations de réaliser leurs projets collectifs. Il faut noter qu'en 2009, la municipalité se soutenait que 63 projets associatifs pour un budget de 1 millions de dirhams.

Le projet Arguiwne près du lac de Ouarzazate

Grands équipements

Un grand projet d'équipement lié à l'économie du loisir et donc au tourisme est prévu aux abords du lac El Mansour Eddahbi. Il s'agissait pour nous de réamorcer la dynamique des investissements dans les infrastructures touristiques afin d'améliorer et de moderniser l'offre de la destination Ouarzazate. Ce grand projet s'implantera sur la zone dite d'Arguiwne et réunira sur une surface de près de 207 ha un lotissements résidentiel, un nouvel ensemble hôtelier, un golf, un centre de loisir, un port de plaisance. Ce projet se réalisera en partenariat avec le Groupe Al Omrane et devra voir le jour en 2014. 

Le nouveau pont entre Ouarzazate et Tarmigte

Deux ponts vont entrer en chantier courant de cette année. Il était évident de relier les deux municipalités de Ouarzazate et Tarmigte qui sont les deux rives d'une seule entité que nous appelons Grand Ouarzazate. Un budget de 33 millions de dirhams sera mobilisé pour remplacer le pont actuel. Ce chantier va commencer dans deux mois et sera réalisé par les services du ministère de l'Equipement. Le deuxième pont sera lui construit pour un budget de 50 millions de dirhams sous l'égide d'Al Omrane en face du nouveau quartier de Sidi Othman.

Le nouvel abattoir de Ouarzazate par A. AziziUn abattoir va enfin voir le jour dans la zone industrielle de Ouarzazate. Le projet est déjà réalisé à près de 90 % pour un budget de 9 millions de dirhams.

Sur le plan de la santé, un grand et important chantier a été lancé, à savoir l'installation d'un nouvel hôpital des spécialités, sur un terrain de 6 ha et pour un budget qui avoisinera les 150 millions de dirhams.

 

Almaouja.comQuels sont les grands défis d'avenir pour Ouarzazate ?

AD - La propreté étant désormais acquise, c'est l'économie qui est maintenant notre principal souci, notamment dans le secteur du cinéma et du tourisme. La crise mondiale a pesé sur ces secteurs qui font travailler beaucoup de personnes à Ouarzazate. Nous savons que la concurrence est grande, autant sur le tourisme que sur le cinéma. Mais il nous faut défendre notre ville dans le marché global et trouver des nouveaux marchés. Nous nous sommes trop souvent reposés sur nos succès d'autrefois. Il nous faut donc travailler tous ensemble et faire ce que nous avons déjà fait pour la voierie et l’assainissement, à savoir une mobilisation complète de nos services et de tous nos partenaires.

Un des éléments importants sur lequel nous voulons avancer est le désenclavement de la ville et de la région. Il nous faut donc convaincre l'Etat de l'urgence et de l'importante de résoudre ce problème.

Concernant l'accès routier, d'ici à quatre mois, nous savons que nous allons disposer d’une étude sérieuse sur la faisabilité du tunnel sous le col de Tichka. Nous allons pouvoir sortir du flou est savoir très précisément combien va couter un tel projet. Après, nous pourrons décider. Pour les transports aériens, il faut comprendre que la crise n'encourage pas la Royal Air Maroc à maintenir toutes ses lignes vers la région Sud Est. A chaque fois, j'essaye de sensibiliser les responsables nationaux pour améliorer la déserte de la destination Ouarzazate qui est en train de mourir. Il y a vrai risque que notre région se vide de ses forces vives si nous restons ainsi enclavés.

L'incendie dur souk de Ouarzazate par A. Azizi

Almaouja.comLe souk municipal était le cœur attractif de Ouarzazate et sa destruction par un incendie au début de l’été 2012 a été perçu comme un drame. Qu’en est-il aujourd’hui ?

AD - Ce triste événement est survenu au mois de juillet 2012 (voir article) et notre budget n'a pas pu répondre à cette urgence. 134 commerçants ont perdu beaucoup. Nous avons travaillé durement pour résoudre ce drame. Un nouvel emplacement a été construit, près du marché couvert de poissons, pour leur permettre de reprendre le travail. Cette solution est temporaire. Le nouveau souk, sur place, a déjà été planifié et les études nécessaires ont été lancées. Ce nouveau projet devrait couter 37 millions de dirhams. Tous nos partenaires sont mobilisés et 50 % du financement est bouclé. Ce nouveau lieu va voir le jour d'ici à deux années et répondra mieux aux attentes des populations et des touristes.

Almaouja.com Qu’en est-il de la situation de la décharge municipale qui fait porter des risques certains pour la santé publique et détériore le paysage sur la route qui mène à Zagora ?

AD - Le problème de la décharge concerne les deux communes de Ouarzazate et de Tarmigte (voir article). Je me suis impliqué personnellement dans ce dossier. A ce jour, le financement de 40 millions de dirhams est acquis pour la remise à niveau de la décharge actuelle et nous envisageons plus tard l'ouverture d'une nouvelle décharge sur le territoire de la commune de Ghessat. Les études sont presque finies et courant de l'année 2013, le chantier devrait commencer et tout sera résolu quant aux problèmes d'hygiène et d'impact sur l'environnement.

Almaouja.com Il y a un autre dossier que les équipes d’almaouja.com ont traité ces derniers mois, et qui pose un problème, c’est celui du transport des étudiants de la faculté (voir article). Qu’en est-il aujourd’hui et comment voyez-vous l’évolution de la situation ?

AD - A l'origine, les bus actuels n'étaient en service que pour le transport en commun des personnes de Ouarzazate. Nous avons cependant dû prendre en compte les populations de Tarmigte. Malheureusement, la solution n'est pas simple car il faudrait que la société en charge du transport en commun puisse acquérir de nouveaux bus et les mettre en circulation. A ce jour, nous négocions avec les responsables de la société. Le contrat établi date d'une période où la population avoisinait 60.000 habitants, et aujourd'hui Ouarzazate contient 70.000 habitants et la commune de Tarmigte près de 40.000 habitants. Il faut donc revoir tout cela et surtout poser une réponse globale qui concerne les deux villes qui n'en font qu'une en regard de ces besoins urbains de base.

Almaouja.comQuelques mots sur le dossier du club de football qui a attristé de nombreux ouarzazi ces dernières années ?

AD - Le dossier du club de football (voir article) est en effet important car il répond aux attentes des jeunes et participe à l’image de la ville dans le Maroc. A ma prise de fonction, le club était dirigé par deux équipes, par deux bureaux. Nous avons fait un long travail de négociation pour arriver doucement à la clarification de la situation. Aujourd'hui, le club est pris en main directement par un responsable de la municipalité, et ce pour une année de transition. Les problèmes sont donc derrière nous. La semaine dernière, l'équipe de Ouarzazate a joué un match avec le club de Mohamédia et nous étions, M. le Gouverneur et moi-même, très heureux de voir la jeunesse enthousiaste autour de son équipe. Il y a même le projet d'installer une nouvelle pelouse en herbe, comme cela sera le cas aussi pour Zagora et Tinghir. Notre dossier a été accepté par le ministère des sports.

La ville est handicapée par son manque d'animation

Almaouja.comComment voyez-vous l'avenir de Ouarzazate ?

AD - Comme un simple citoyen, je peux dire que Ouarzazate a beaucoup de potentialités mais nous n'avons pas pu bien les mettre en valeur et commercialiser la ville et la province. Il nous reste encore beaucoup à faire, tous ensemble, dans un seul objectif. Je ressens que Ouarzazate va être une très belle ville qui répondra aux problèmes des jeunes en priorité, notamment sur le plan de l'emploi.

Nous savons aussi que la ville est handicapée par son manque d'animation. Cela concerne les touristes qui hésitent à rester plusieurs jours dans notre ville, cela concerne aussi et surtout la population qui attend, à juste titre, une ville dynamique. C'est donc une problématique sérieuse car si on veut accueillir le touriste et le faire rester dans la ville, il faut résoudre cette situation. L'animation est de notre responsabilité comme celle du Conseil Provincial du Tourisme.

N'oublions pas cependant que nous avons dû répondre d’abord à des priorités de base comme la propreté et la voirie pour que les ouarzazi et les touristes soient heureux d'être dans une ville belle et calme. Nous prévoyons cependant la mise en place de 4 musées, celui du cinéma, celui des mines et roches, des tapis et de la biodiversité. Il faut citer enfin le musée des dinosaures et nous cherchons à installer dans la casbah de Taourirte un musée des costumes de l'Atlas.

Almaouja.comQu'attendez-vous des ouarzazi ?

AD - Les ouarzazi sont impliqués dans le développement de leur ville comme cela s'est fait lors de l'élaboration du plan de développement communal. Malheureusement, nous avons quelques actions d'incivisme comme des destructions d'éclairages, de chantiers, d'espaces vert. Il faut établir entre tous un partenariat de citoyenneté pour travailler ensemble au développement de la ville. En tant que municipalité, nous ne pouvons pas tout faire et trop de personnes attendent de nous des choses loin de nos responsabilités ou de nos capacités. Nous attendons des ouarzazi qu'ils comprennent mieux l'ampleur de notre tâche et des problèmes auxquels nous sommes confrontés. Depuis 2010, en dépit de la faiblesse de notre budget, en dépit de la crise mondiale, du printemps arabe, la ville de Ouarzazate est en chantier permanent. Tous les marchés mis en œuvre ont demandé du temps même si les habitants, et je les comprends, attendent des réponses rapides. Il a fallu prendre le temps pour réaliser les études techniques et rechercher les budgets. Nous avons fait le maximum. Et si les citoyens sont convaincus du travail que snous avons déjà réalisé, nous nous représenterons devant eux pour un nouveau mandat.

Almaouja.com – Que pensez-vous de la perspective de la création d'une nouvelle région autour de Ouarzazate comme capitale régionale ?

AD - A ce jour, nous n'avons aucune information précise quant à ce projet issu des travaux de la commission pour la régionalisation avancée. Nous attendons le vote du parlement. Ce qui est certain, c'est que Ouarzazate et les provinces environnantes seront mieux loties dans le cadre d'une région nouvelle car il y a trop de déséquilibres dans le regroupement actuel. Je suis convaincu que Ouarzazate a tous les atouts pour assumer ce rôle de capitale régionale. Les infrastructures de la ville peuvent répondre à ce défi et notre ville est très connue dans le monde entier.

A découvrir

Au temps des élections, Ouarzazate dessine son avenir

ورزازات ترسم معالم مستقبلها في الانتخابات المقبلة

Intissar croit à l'engagement politique pour développer Ouarzazate

انتصار تؤمن بالانخراط السياسي من أجل تنمية ورزازات

 

Pour contacter la rédaction : notre formulaire en ligne

Sur le web

Suivez
almaouja
La page facebook d'almaouja.com
Abonnez vous à la newsletter almaouja
Combien de jours dans la semaine ?
Nom :
Email :