Menu

Sur la vague du nouveau Maroc

éclairages

Le point sur l'artisanat dans les provinces de Ouarzazate, Tinghir et Zagora

  • Écrit par la rédaction

L'artisanat à Ouarzazate par A. Azizi

Les 3èmes rencontres nationales de l'artisanat se sont tenues à Ouarzazate du 2 au 19 mai 2013, organisées par la Fédération de l'artisanat de la province de Ouarzazate et la Direction provinciale de l'artisanat. Un large public a pu découvrir les productions artisanales en provenance de différentes régions du Maroc exposées dans près de 93 stands. M. Bassou Bouya est directeur provincial de l'artisanat et fait le point sur la situation de l'artisanat.

Almaouja.com - Quelles sont les missions de la direction provinciale de l'artisanat ?

Bassou Bouya - La direction provinciale de l'artisanat couvre les 3 provinces de Ouarzazate, Tinghir et Zagora et regroupe près de 60 000 artisans depuis l'artisanat de service jusqu'à l'artisanat de production d'art, avec en pointe l'artisanat de tapîs sur le territoire de Taznakhte qui est le plus connu et le plus emblématique de notre région. Notre politique d'action vis à vis de l'artisanat est issue de la stratégie gouvernementale qui fixe nos priorités à l'horizon 2015 selon un plan de développement régional de l'artisanat.

Cette vision 2015, telle qu'établie par le ministère, nous engage à créer 300 entreprises formelles dans les domaines de l'artisanat, d'augmenter le chiffre d'affaire à l'exportation de 10 fois, de 2007 à 2015, et enfin de former 60.000 jeunes dans les métiers de l'artisanat précisément ceux à forte valeur culturelle. Pour parvenir à ces objectifs, la direction collabore avec la chambre de l'artisanat et les autorités locales et développe un certain nombre d'actions de soutien aux artisans et à leurs activités.

C'est ainsi que nous avons la charge d'organiser les salons et autres foires qui ont l'avantage de permettre la rencontre et l'échange entre les artisans, de favoriser la promotion et donc la commercialisation des produits. Nous avons par exemple été présents lors du dernier festival des roses de Kelaa M'Guna en ouvrant une trentaine de stands d'exposition. Pour ce qui concerne la dernière rencontre nationale de l'artisanat organisée à Ouarzazate au mois de mai dernier, nous pouvons dire que ce rendez-vous a été un succès. Cependant, et afin d'en améliorer l'impact, nous prévoyons de tenir les prochaines rencontres 2014 pendant le mois d'avril afin de profiter des vacances scolaires et de la forte présence des touristes.

M. Bassou Bouya, Directeur provincial de l'artisanat par A. AziziAlmaouja.com - L'artisanat phare de la région est donc le tapis de Taznakhte ?

BB - En effet, l'artisanat le plus connu est le tissage du tapis, le tapis rural ou amazigh, produit essentiellement à Taznakhte et qui réunit près de 30.000 tisseuses. C'est là un secteur à forte charge culturelle et historique et à fort potentiel économique. C'est pourquoi nous avons accordé toute notre attention à ce secteur en engageant plusieurs études qui nous permettrons à terme d'établir un label de qualité à vocation commerciale. Ces démarches ne sont pas encore terminées et nous sommes encore en train de travailler avec les professionnels du secteur afin de mettre en place un cahier de charges qui définira les critères de ce type de tapis (dimension, motifs, techniques ...), et ce dans l'objectif d'en faire une marque protègée et valorisée.

Almaouja.com - Quels sont les autres artisanats en activité ?

BB - Nous avons aussi l'artisanat de poterie dans la zone de Skoura, de Tinghir et bien sur le site de Tamgroute près de Zagora. Il s'agit là d'une poterie simple qui travaille sans colorants et produit des pièces à usage domestique. Pour développer cet artisanat et ainsi sauvegarder la poterie de notre région, la direction a soutenu les artisans potiers en leur fournissant un four à gaz, ce qui permet un usage plus respectueux de l'environnement. Nous leur avons aussi fourni des tours électriques, des broyeurs et autres matériels afin de faciliter leur tâche et d'avoir un produit de meilleure qualité.

La vannerie utilise les produits dérivés du palmier et est aussi un créneau important. Nous sommes en train de créer une coopérative de vannerie à Tarmigte qui regroupera plusieurs professionnels. De très beaux produits sont fournis par cet artisanat qui rencontre un accueil très intéressant de la part du public.

Nous avons aussi une coopérative de poignards avec plus de 200 artisans dans un douar près de Kelaa M'Guna. Et il faut noter l'artisanat de bijoux et de fer forgé à Tinghir, la sculpture du marbre à Ouarzazate, la fabrication des soufflets à Tinghir et celui autour des produits de la rose à Kelaa Mgouna, comme l'eau de rose.

Almaouja.com - Quelles sont les priorités d'action de la direction provinciale pour l'année 2013 ?

BB - Il faut savoir que sur notre territoire d'action, les trois provinces de Ouarzazate, Tinghir et Zagora, nous avons plus de 50 coopératives artisanales et près de 40 associations professionnelles. Notre première priorité est d'organiser au maximum le secteur de l'artisanat afin qu'il s'inscrive dans l'économie formelle, avec des entreprises organisées et structurées. Le secteur de l'artisanat emploie en effet beaucoup de personnes comparé à d'autres secteurs comme l'agriculture, et ne demande pas beaucoup de capital d'investissement pour le démarrage des activités.

Ensuite, nous devons faire en sorte de sauvegarder les savoir faire de tous ces métiers en vue de leur transmission auprès des jeunes générations. Liée à cette priorité, nous soutenons la formation continue des artisans en activité.

Bien entendu, nous devons aussi nous focaliser sur l'amélioration de la promotion et donc de la commercialisation des produits.

Artisanat de poterie à Skoura par A. Azizi

Almaouja.com - Quelles sont les difficultés que vous rencontrez dans l'achèvement de vos objectifs ?

BB - Nous manquons de ressources humaines au niveau de la direction et nous avons un territoire très large que nous devons couvrir avec une dispersion importante des sites de production. Nous avons aussi des problèmes de matière première de qualité.

Ceci dit, le principal problème est celui de la commercialisation. C'est pourquoi notre programmation régionale prévoit l'extension du complexe artisanal de Ouarzazate afin de le dotter d'une capacité de 15 magazins, au lieu de 4 actuellement, de 2 salles d'exposition permanente au lieu d'une seule. Le but est d'accueillir des maîtres artisans qui pourront travailler dans ce complexe et ainsi proposer aux touristes de passage une attraction de qualité. Ce nouveau complexe artisanal de Ouarzazate devrait être ouvert au public vers septembre 2013.

Nous planifions ensuite la création d'un autre ensemble artisanal à Zagora et Tinghir, d'un village de potiers à Tamgroute.

Vers 2015, nous prévoyons d'ouvrir un ensemble artisanal pour le tapis à Taznakhte avec bien sur des ateliers de productions pour les artisans, des salles de formation, et des salles d'exposition et de commercialisation permanente.

Mais je veux redire que la première étape est de sensibiliser les artisans pour qu'ils s'organisent en entreprises. Nous sommes là pour les accompagner dans l'évolution de leur pratique de gestion, de comptabilité, de marketing, de design. C'est notre mission.

Voir tous les articles "Actualités"

A découvrir

 

Pour contacter la rédaction : notre formulaire en ligne

 

Sur le web

Suivez
almaouja
La page facebook d'almaouja.com
Abonnez vous à la newsletter almaouja
Combien de jours dans la semaine ?
Nom :
Email :