Menu

Sur la vague du nouveau Maroc

éclairages

Le projet d'un aéroclub de planeurs revoit le jour à Ouarzazate

  • Écrit par La rédaction
  • Affichages : 7426

Un planeur sur l'aéroport de Ouarzazate par A. Azizi

Gérard Bocage est le fondateur de l'association "le club des amis de Ouarzazate". Amoureux du Maroc et passionné de vol à voile, il porte depuis plusieurs années le projet d'ouvrir à Ouarzazate un aéroclub pour accueillir et faire vivre une activité de planeurs. Cette activité sportive, officiellement dénommée le vol à voile, est en effet très bien adaptée à la région du Sud Est Maroc et se présente comme un segment de développement économique porteur de retombées intéressantes notamment sur l'image internationale de la ville de Ouarzazate. Almaouja.com a profité de son passage à Ouarzazate pour mieux comprendre les données de ce projet novateur.

Almaouja.com - Pouvez-vous nous raconter l'historique de la présence des planeurs à Ouarzazate ?

Gérard Bocage - Tout est parti d'un premier vol en planeur qui a eu une notoriété importante au sein de la communauté des pilotes de vol à voile. Nous sommes alors en 1993 et deux pilotes français expérimentés, Gérard et Jean-Noël Herbaud, réalisent un vol en planeur sans moteur depuis la région de Nice jusqu'à Fès franchissant ainsi une distance de 1383 km non stop. Ce vol a été enregistré comme un record du monde non encore égalé à ce jour.

Dans la foulée de cet exploit, un club de vol à voile de la région de Paris, sous l'impulsion d'André Martin, a lancé un rallye aérien « STEMME 10 » en moto planeurs sous le nom de "la route des cigognes". Entre 1993 et 1998, tous les mois de mai, des planeurs de toute l'Europe se regroupaient en France dans le Verdon et de là descendaient en formation jusqu'à Ouarzazate avec des étapes de 500 à 700 km par jour. Ils utilisaient le vol à voile ou le vol moteur selon la météo qu'ils rencontraient en chemin. Une fois sur Ouarzazate, ils faisaient 10 jours de compétition amicale. Didier Chevalier fut l'un des animateurs de ce rallye, et de notre rencontre est née l’idée de créer dans la région un club de vol à voile. Le site de Ouarzazate s'est alors imposé.

Gérard Bocage à Ouarzazate par A. AziziAlmaouja.com - En quoi Ouarzazate est-il justement un site idéal pour la pratique du vol en planeur ?

GB - Ouarzazate est en effet un lieu idéal pour le vol à voile. Le Maroc étant coupé en deux par la chaîne de l'Atlas, nous avons la confrontation entre les masses humides d'air océanique qui se heurtent aux massifs montagneux et de l'autre côté, nous avons les masses d'air sec et chaud du Sahara. Cette situation crée un terrain de vol idéal pour le planeur. A part l'Argentine, nous n'avons pas d'autres territoires aussi adaptés. C'est ainsi qu'à Ouarzazate tout est facilité pour le vol à voile.

Il faut comprendre que pour voler , un planeur a besoin d'une colonne d'air chaud qui lui permette de monter en spirale dans ce que l'on appelle une ascendance thermique. Cette colonne d'air chaud se crée lorsque le soleil vient réchauffer l'air humide et froid de la nuit. Le réchauffement de l'air crée cette colonne thermique et donc plus l'ensoleillement est matinal, plus il est possible de décoller tôt dans la journée et donc de voler plus longtemps, ce qui n'est pas le cas en Europe. Au sommet de l’ascendance thermique, (5000 m d’altitude est courant à Ouarzazate), le planeur peut la quitter et voler en ligne droite sur 50 kms à 70 kms avant de recommencer l’opération et ainsi réaliser de grandes distances.

Ceci dit, il faut savoir qu'ici les thermiques sont très puissants et montent très haut, notamment grâce à la montagne, ce qui rend le vol à voile certes passionnant mais soumis parfois à des conditions extrêmes. La présence d'un moteur rétractable sur un planeur est un plus dans le cas où les conditions météorologiques se détériorent nécessitant un atterrissage sur un aérodrome de dégagement.

Almaouja.com - Quelles ont été les premiers pas de ce club de vol à voile ?

GB - L'association "Sud Atlas de la voile" est donc créée en 2002 pour entamer les discussions avec toutes les autorités administratives concernées. Dès l'année 2000, nous avions lancé l'organisation des plusieurs campagnes de vols en faisant venir à Ouarzazate des pilotes chevronnés pour réaliser des vols homologables auprès de la Fédération Internationale Aéronautique basée à Genève. Nous avons par exemple enregistré ici plusieurs records de vol comme ceux détenu par Ghislaine  Facon, ou celui par Denis Flamend avec le record d'Europe sur un vol de près de 1400 Km. Deux autres pilotes ont réalisé ici le record sur un vol en triangle, c'est à dire en 3 points de virage sur un total de 1250 km.

Les risques du stationnement hors hangar pour le planeur - Ouarzazate - A. Azizi

Almaouja.com - Le club n'a pas pu cependant se développer comme vous le souhaitiez ?

GB - L'évolution des activités du club a en effet été handicapée par l'absence de structure d'hébergement pour les planeurs qui sont des machines très chères et qui risquent des dommages dus aux vents lorsqu'ils restent plusieurs mois sur la piste sans protection. La deuxième source de problème est de ne pas avoir sur place des planeurs à la disposition des pilotes qui rejoignent Ouarzazate par les vols commerciaux. Enfin, le dernier des problèmes auxquels nous sommes confrontés est l'absence d’aérodrome de dégagement utilisable sur la zone. Nous avons certes identifié 30 pistes existantes laissées à l'abandon et en avons remis certaines en état. Toutes ces pistes sont connues par les pilotes pour servir en cas de besoin mais nous devons avoir l'assurance que ces pistes secondaires soient entretenues, que les enfants par exemple n'y installent pas un terrain de football.

Sans ce hangar d'accueil, sans quelques pistes de sécurité et sans un parc de planeurs disponibles sur le site, le club "Sud Atlas de la voile" ne peut pas vraiment fonctionner.

Almaouja.com - Où en est aujourd'hui le projet ?

GB - Maintenant Laurent Chavanet* a rejoint le projet et nous essayons ensemble de relancer la dynamique autour de l'installation d'un aéroclub à Ouarzazate. Il y a toujours des pilotes qui viennent ici de leur propre initiative et qui y passent quelques jours mais nous sommes loin du potentiel réel que nous permet les conditions météorologiques.

La première étape est vraiment d'équiper l'aéroport d'Ouarzazate d'un espace hangar adéquat. Le problème des pistes de secours peut être résolu dans le temps et l'aéroclub pourrait commencer ses activités avec les seuls moto-planeurs.

Plus globalement, notre objectif est de donner un nouvel élan à l'aviation légère écologique et  sportive  en s’appuyant sur la dynamique solaire que la région commence à exploiter. Un quartier général basé sur l’aéroport serait non seulement utile aux planeurs mais également à tous types d’aéronefs écologiques avec la possibilité d’organiser des événements tels des "air shows"  écologiques favorisant la création de centres de recherche, de maintenance et de construction d’aéronefs écologiques. Nous pouvons imaginer que Ouarzazate devienne un pôle dédié à l’aviation légère écologique avec à la clef la création de nombreux emplois permanents.

* Laurent Chavanet est actuellement président de l'association "le club des amis de Ouarzazate"

Les planeurs sur l'aéroport de Ouarzazate par A. Azizi

A découvrir

 

Pour contacter la rédaction : notre formulaire en ligne

 

Sur le web

Suivez
almaouja
La page facebook d'almaouja.com
Abonnez vous à la newsletter almaouja
Combien de jours dans la semaine ?
Nom :
Email :